Future maman : quel inconscient familial je transmets ?

Future maman : quel inconscient familial je transmets ?

Vous vous préparez à devenir maman ? Ou vous êtes déjà une jeune maman et vous voulez le mieux pour votre enfant ? A moins que vous n’ayez tout simplement un projet de grossesse ? Et si le fait de devenir mère se préparait aussi au niveau psycho-énergétique, trans-générationnel ? Comment accueillir au mieux son enfant au creux de son ventre, de son foyer, de sa vie, mais aussi de son esprit et de celle de la famille ? Quel est l’inconscient familial que je transmets en tant que maman ?

Ces questions se posent aussi pour le papa. Et d’ailleurs, je vous invite à transposer tout ce raisonnement au rôle du papa. Seulement, j’ai pris ici le parti de m’adresser à ma clientèle féminine pour répondre à la question :

Qu’est-ce que je transmets inconsciemment à mon enfant quand je deviens maman ?

Pour y répondre, nous allons aborder la question sous l’angle de la psycho-généalogie et de l’épigénétique. Et nous verrons quelques exercices pratiques.

Inconscient familial : une autre préparation à l’accouchement pour être maman

Peut-être que vous vous étonnez de cette vision de la préparation de jeune maman. Et pourtant, nombre d’accouchements soulèvent de grandes prises de conscience : sur le sens de la vie mais aussi de la mort, sur notre propre existence comme sur celle de nos propres parents.

Sans lien avec le phénomène de dépression post-partum dû à la chute d’hormones brusques après l’accouchement, il existe aussi des cas de dépression suite à des souvenirs de traumatismes qui remontent à la mémoire à ce moment-là.

Oui, devenir maman est un vrai bouleversement et un merveilleux cadeau : celui de la VIE ! Celle avec un grand V dans tous ses aspects.

maman inconscient familial écoute conseil motivation douceurjulie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access

Et si souvent, on réfléchit à comment être dans les meilleures conditions physiques, matérielles, émotionnelles et mentales pour accueillir son bébé, il est tout aussi intéressant de s’interroger sur l’héritage de l’inconscient familial qu’on lui transmet.

Car que vous le vouliez ou non, de générations en générations, il existe des comportements, des croyances, des transmissions verbales ou des non-dits, plus ou moins pesants, qui agissent sur votre vie par un phénomène de répétition inconscient.

Devenir maman : transmettre l’inconscient familial en héritage

Devenir maman peut être l’occasion de s’interroger sur le contenu de notre héritage familial pour mettre en lumière notre propre histoire mais aussi celle moins connue de nos parents, grands-parents et arrière-grands-parents, et peut-être de mettre à jour certains schémas répétitifs. L’idée est d’accueillir notre enfant dans les meilleures conditions sur un autre plan.

Bien se connaître est important tout comme bien connaître notre bagage familial. De génération en génération, se transmettent des schémas, des mémoires dont parfois on en a même perdu l’origine.

L’humour de Six in the city

C’est ainsi que de nombreuses humoristes ou illustratrices actuelles tournent en dérision leur propre statut de maman qui finalement, reproduisent les mêmes phrases ou les mêmes comportements que leurs propres mères, desquelles elles se moquaient tant quand elles étaient plus jeunes.

En-dehors de la compréhension de ce qu’implique désormais le rôle de mère, si cela peut être drôle, il arrive que parfois cela tourne à l’absurde. Connaissez-vous l’histoire du rôti ?

Héritage de l’inconscient familial de la maman : l’histoire du rôti

J’adore cette histoire, tellement elle parlante. Alors voilà. C’est l’histoire d’une femme qui, il y a 2 générations, prépare son rôti dans sa cuisine : elle l’assaisonne, le badigeonne puis coupe les deux extrémités, le met au four avant de le servir à table. Sa fille reproduit les mêmes gestes jusqu’à ce que sa propre fille, devenue adulte, le prépare ainsi.

Le mari de cette dernière lui demanda alors : « mais pourquoi prépares-tu ton rôti ainsi, en lui coupant les 2 extrémités ? ». Celle-ci répondit que c’était parce que sa mère le faisait ainsi. « C’est étrange, personne ne fait ça. Pourquoi le préparer ainsi ? » lui demanda son mari.

Le dimanche suivant, elle décida de poser la question à sa mère qui lui répondit : « parce que ma mère a toujours fait ainsi ». Le lendemain, elle appela alors sa grand-mère et le lui demanda. Celle-ci lui répondit : « bah, pour qu’il rentre dans le plat à mettre au four, pardi ! »

Morale de l’histoire du rôti :

Tout le monde coupait les 2 extrémités du rôti alors que les plats au four, depuis, s’étaient bien agrandis ! C’est un geste hérité de mère en fille qui avait perdu son origine et tout son sens. Un automatisme inconscient. Et il y en a beaucoup dans chaque famille, croyez-moi !

maman inconscient familial écoute conseil motivation douceurjulie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access

Là, c’est une histoire drôle mais imaginez maintenant l’histoire d’une petite fille ayant subi des attouchements dans sa famille à une époque loin du #metoo. L’histoire est cachée, non-dite, refoulée. Elle va produire chez la femme, des réactions, comportements voire des symptômes physiques ou maladies psychosomatiques qui vont être transmis à sa fille qui elle-même va les transmettre à sa propre fille. La petite-fille se retrouvera donc avec des réactions émotionnelles, des habitudes comportementales, des modes de pensées ou croyances voire des problèmes de santé en lien avec cette mémoire, mais dont elle n’aura aucune conscience de l’origine.

C’est ce que traitent certaines approches thérapeutiques spécifiques et la science étudie de plus en plus.

Quels sont les outils pour mettre en lumière cet inconscient familial de parent ?

Connaître notre histoire avec la psycho-généalogie

La psycho-généalogie :

C’est une approche thérapeutique qui consiste à rechercher dans la vie de nos ancêtres, les sources de nos éventuels problématiques émotionnelles, relationnelles, psychologiques mais aussi de certaines maladies ou de la répétition de nos comportements dans certaines situations. Accompagnée d’un thérapeute spécialisé, il s’agit de remonter le fil de notre lignée pour découvrir les histoires de vie qui nous ont précédées et de faire les liens avec notre propre histoire. En effet, notre vie commence dans l’arbre généalogique… C’est la spécificité du désir des parents et de l’ensemble de la lignée, qui précède chaque naissance. C’est l’histoire familiale dans son ensemble, c’est-à-dire les expériences des branches maternelles et paternelles qui donnent forme au présent de l’enfant. Elles vont influencer son devenir.

Pourquoi cet outil ?

Il est essentiel de s’intéresser à la genèse de notre conception car les enjeux de notre conception sont susceptibles de réapparaître lorsque l’on devient soi-même parent. Cela explique d’ailleurs l’apparition de nombreuses maladies au moment de l’annonce d’une grossesse, de l’accouchement ou de la déclaration civile de l’enfant. Cela peut aussi apparaître lorsqu’on atteint l’âge du géniteur, particulièrement le parent du même sexe que nous, au moment où celui-ci nous a conçu.

L’idée est de découvrir des schémas de répétitions dans notre arbre généalogique ou des « trous », et pas seulement chez nos parents et grands-parents. Aussi chez les oncles, tantes, cousins, cousines… Les répétitions peuvent porter sur les dates : de naissance, de mort, de mariage, d’évènements important. Mais aussi sur les prénoms, les métiers, le rapport à l’argent ou les maladies… La prise de conscience et la parole serait alors de puissants vecteurs de guérison.

Connaître l’influence de nos traumas sur nos gênes avec l’épigénétique

L’épigénétique

C’est l’influence de l’environnement sur nos gênes au point de pouvoir légèrement les modifier. Parmi les évènements particulièrement mis en avant, on parle beaucoup des situations de stress traumatique. Celles-ci pourraient transformer nos génomes jusqu’à 3 générations après un traumatisme vécu par l’un de nos ancêtres. Cela pourra expliquer certaines problématiques de santé comme certains mécanismes de fonctionnement.

Exemple de la Seconde Guerre Mondiale

Les études ont surtout été faites sur les personnes ayant vécu le traumatisme de la Seconde Guerre Mondiale. C’est ainsi qu’est montré un exemple. Celui d’une femme juive vivant la famine de l’holocauste et ayant donné naissance à des enfants très petits qui eux-mêmes ont donnés naissance à d’autres enfants très petits alors que les conditions avaient changés. Le stress s’enregistrerait au niveau des mémoires cellulaires en modifiant un bout de nos gênes.

maman inconscient familial écoute conseil motivation douceurjulie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access

Comment mettre en lumière votre inconscient familial de maman ?

Être maman, c’est prendre conscience de qui on est, de quelle place on a dans notre arbre généalogique et de quel héritage on transmet à son enfant. Alors comment faire ?

1. Tenir un journal pour votre enfant

Écrire dans un carnet dédié pour transmettre à votre enfant, son histoire à lui, comment s’est passé votre grossesse, quel évènement important, émotions fortes avez-vous eus, que ce soit en lien ou non avec la grossesse. On sait que l’enfant absorbe tout même intra-utérin. Notez pour lui permettre de savoir avec authenticité son histoire.

2. Vous connaître vous 

Par exemple, demandez-vous quel enfant étiez-vous ? Qu’aimiez-vous faire étant enfant ? Écrivez vos rêves d’enfant, vos activités favorites.

Et puis reprenez contact avec l’une de ces activités plaisir de votre enfance. C’est bon pour le moral en plus.

3. Connaître les schémas hérités de vos parents 

Prenez une feuille et notez comment vous décriviez votre mère lorsque vous étiez enfant, vers 8-10 ans. Comment la trouviez-vous au niveau de son comportement avec vous ? Comment était-elle avec votre père ou son partenaire ? Avec les autres ? Comment montrait-elle son affection avec vous ? Votre père ? Les autres ? Quel rapport avait-elle avec l’argent, le travail, la santé ? Avec vous, avec votre père, avec les autres ?

Maintenant, observez ce que vous avez noté et prenez conscience du schéma que vous reproduisez. Comment vous comportez-vous, vous ? La conscientisation est le premier pas vers la guérison.

4. Connaître l’histoire de vos parents, grands-parents, arrière-grands-parents 

Bientôt les fêtes, c’est l’occasion de retrouver la famille ou de les appeler pour souhaiter la bonne année. C’est idéal pour discuter des histoires de famille : comment était leur enfance, leur adolescence, leur vie d’adulte, quelles sont les anecdotes familiales ? Aussi celles vous concernant. Notez-le dans ce carnet dédié.

5. Faire votre arbre généalogique 

Retrouvez les actes de naissance, de mariage, de décès, connaître le métier, les réussites et les épreuves des membres de la famille, les anecdotes, les histoires cachées, mettre à jour les non-dits…

Vous aurez ainsi un visuel de votre arbre auquel vous ajouté un descendant. Pour le faire, vous pouvez prendre plusieurs feuilles et en les scotchant entre elles.

Remarquez la structure de votre arbre généalogique : a-t-il des trous, de nombreuses branches ou pas du tout, d’un côté, de l’autre ?

Observez vos sensations corporelles, vos ressentis, vos émotions à la vision ou l’évocation de certaines parties de vos ancêtres.

Notez s’il y a des répétitions de dates. Remontez les générations pour identifier la génération où l’évènement déclencheur a eu lieu. Là se trouve peut-être un trauma à révéler pour guérir certains comportements répétitifs, réactions instinctives, etc….

6. Pour aller plus loin, renseignez-vous 

Utilisez les archives départementales sur internet pour faire vos recherches et retrouver vos actes de famille.

Lisez les livres spécialisés d’Anne Ancelin Schützenberger qui a rendue la psychogénéalogie  plus accessible au grand public dans son livre « Aïe, mes aïeux ». Mais aussi de Elisabeth Horowitz « Se libérer du destin familial » ou « Comment déprogrammer son destin par la psychogénéalogie » d’elle et de Pascale Reynaud. Ou encore, de Bruno Clavier « Les fantômes familiaux, psychanalyse transgénérationnelle ». Des lectures passionnantes.

Faites-vous accompagner par un thérapeute spécialisé en psycho-généalogie pour vous aider à réaliser votre arbre sous la forme d’un génosociogramme et vous aider à libérer des souffrances que vous pourriez identifier.

En conclusion…

Relax : nous transmettons tous des schémas inconscients. Et puis, chacune fait du mieux qu’elle peut, avec les ressources dont elle dispose au moment où elle vit les choses. Vous, votre maman, votre grand-mère mais aussi votre partenaire, votre père, grand-père, etc… Donc on sort de la culpabilité, mais aussi de la victimisation.

On agit : d’abord pour soi et ensuite pour nos enfants mais aussi les générations précédentes et suivantes. On dit qu’on guérit ainsi sur 7 générations lorsqu’on fait cette introspection.

Dans tous les cas, c’est un travail extrêmement thérapeutique pour accueillir votre enfant en pleine de conscience. Avec amour et authenticité. En pleine présence de qui vous êtes, d’où vous venez tous les deux et de quelle place il va prendre dans l’arbre généalogique. Rappelez-vous aussi : les enfants sont nos miroirs et sont souvent nos révélateurs.

Le plus cadeau qu’une maman puisse faire à son enfant : être bien physiquement, émotionnellement, mentalement, spirituellement. Pleinement là présente et pleine d’amour inconditionnel, sans jeu d’ombre.

Et si vous avez besoin d’aide pour y voir plus clair :

routine positive bonheur quotidien julie lancel coach développement personnel bien-être pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access

Je vous souhaite une très belle grossesse et un beau cheminement de maman, celui de toute une Vie. Vive la Vie !

Les commentaires sont clos.