Catégorie : Non classé

Pourquoi est-ce si difficile de changer ?

Pourquoi est-ce si difficile de changer ?

Vous aussi, vous voulez faire du sport, arrêter de grignoter, de fumer ou de vous ronger les ongles sans y arriver ? Avez-vous de la difficulté à tenir ses bonnes résolutions ? Mais pourquoi est-ce si difficile de changer ?!?

Oui, on peut vouloir très sincèrement changer et pourtant faire tout le contraire ! Pourquoi ? Et bien, parce que de puissantes forces de résistances sont en place : les habitudes ! Ces automatismes inconscients viennent freiner notre plus belle volonté. Car si c’était juste une question de volonté, ça se saurait ! Toutes les personnes qui veulent perdre du poids, maigriraient ; tous les fumeurs jetteraient leurs paquets de cigarettes définitivement et tous les drogués arrêteraient de consommer cannabis, cocaïne, amphétamines, héroïne. Etc…

Alors, pourquoi est-ce si difficile de changer ?

La réponse est dans le quotidien : c’est là toute la force, toute la puissance des habitudes. Toutes les petites manies, rituels et routines que nous mettons en place dès le matin, au saut du lit, structurent notre cerveau. Nous câblons chaque jour des synapses et créons, renforçons ou détruisons des connexions neuronales avec nos comportements du quotidien. Qu’ils soient mis en place consciemment ou non.

Par exemple, lorsque nous commençons à faire du vélo, nous devons consciemment faire les mouvements nécessaires à notre bon équilibre, repérer les freins, décider de les utiliser ou non etc… C’est exactement comme lorsqu’on apprend à conduire une voiture.

puissance des habitudes changer comportement communication gestion du stress émotions julie lancel libre access coach en développement personnel poitiers montamisé vienne

Et puis, arrive un moment où tous ces comportements passent en arrière-plan de notre conscience et deviennent des automatismes, des réflexes inconscients. Ça marche pour tout : langage, comportements, pensées, etc… Ainsi, certains se rongent les ongles s’en même s’en apercevoir lorsqu’ils sont devant la télé. Ils agissent par réflexe.

Alors quand on décide de changer un comportement, une habitude de vie, c’est parfois difficile parce que la puissance de ces habitudes paralyse notre volonté. Parce que notre cerveau a enregistré d’autres informations sur nos comportements nocifs, de manière inconsciente. C’est le mode « pilote automatique » !

Pourquoi est-ce si difficile de changer : les freins au changement

Notre cerveau, avec nos comportements au quotidien, enregistre plusieurs informations en « arrière-plan ». Il en fait des automatismes pour nous simplifier la vie. Quel bonheur ! Mais oups, quand on s’aperçoit qu’on veut changer une hygiène de vie, se transformer pour être en meilleure santé, avoir une silhouette plus ferme ou de jolis ongles, c’est la cata. On a beau savoir qu’il faut changer, on n’y arrive pas. Pourquoi ? Parce qu’ils existent des résistances. On peut ainsi citer 4 freins au changement :

Le plaisir immédiat :

Ce plaisir qui fait qu’un fumeur n’arrête pas de fumer. Oui, il sait bien que c’est mauvais pour la santé. Aujourd’hui, on ne peut plus l’ignorer. Seulement voilà, l’habitude, l’automatisme est bien en place dans l’inconscient et le cerveau a très bien enregistré que ce désir immédiat pour consommer ou faire cette chose mauvaise pour soi, est un plaisir reçu dans l’instant. Ce désir est plus fort que la conscience du danger ou de la nocivité. Ainsi le plaisir immédiat est plus forts que les intérêts à long terme.

puissance des habitudes changer comportement communication gestion du stress émotions julie lancel libre access coach en développement personnel poitiers montamisé vienne

Le coût du changement :

Des résolutions non tenues ne sont pas toujours dues au manque de volonté mais plutôt à l’effort, au sacrifice, au « prix » qu’engendre ce changement pour nous et qu’on ne mesure pas au départ. D’où l’intérêt du coach de vie qui vous aide à déterminer votre objectif avec tous les tenants et aboutissants, mais aussi les freins qui risquent de vous empêcher d’atteindre votre but et les ressources dont vous avez besoin.

Par exemple, il est plus sain de faire la cuisine soi-même avec des bons produits sans pesticides et des repas avec de bons légumes mais faire son marché, éplucher les légumes, les cuisiner etc… prend du temps et demande un effort. Surtout que notre société nous propose des alternatives à porter de mains comme les plats tous préparés, tous transformé, prêts à être consommer. C’est là le coût du changement à évaluer avant pour l’anticiper.

L’intention positive d’une mauvaise habitude :

Nos comportements répondent toujours à une intention qui est bonne pour nous. Par exemple, je fume parce que ça me déstresse, me relaxe, me détend etc… ça marche pour tous les comportements aidants comme limitants : faire du sport, grignoter, fumer, se droguer, se ronger les ongles, etc… Et derrière ce point de départ, se cache d’autres bonnes intentions : me sécuriser par exemple. Encore faut-il l’avoir bien identifié ! D’où l’intérêt du coaching pour atteindre votre objectif de changement avec toutes les clés en mains.

Parce qu’il y a toujours une bonne raison pour que ce comportement soit là et qu’on n’identifie pas toujours : se protéger, se rassurer, se sentir aimé, être reconnu, être respecté, etc… Et on peut répondre à une bonne intention par un autre comportement, choisi, voulu, comme bon pour soi.

Le bénéfice caché du comportement limitant explique pourquoi est-ce si difficile de changer :

Nos habitudes de vie peuvent aussi amener un bénéfice secondaire, caché. Cela permet d’identifier s’il y a quelque chose de bon dans la situation présente qui présente un avantage qui fait qu’on ne changera jamais. Par exemple, si fumer me permet de prendre une pause et de discuter avec mes collègues. Ou encore, savoir s’il y a un inconvénient à changer, comme j’aurais moins de moments de partage avec mes collègues, je me sentirai peut-être exclu du groupe, etc….

Il existe donc de nombreux freins aux changements mais cela ne signifie pas pour autant qu’aucun changement n’est possible. Je dirai même mieux : cela signifie que le changement est possible ! Sinon, personne n’arriverait à arrêter une mauvaise habitude.

puissance des habitudes changer comportement communication gestion du stress émotions julie lancel libre access coach en développement personnel poitiers montamisé vienne

Comment changer ?

Comment font ces personnes qui arrivent à changer leurs habitudes ? Elles se fixent un objectif plus attirant et désirable que l’ancienne habitude. Ensuite, elles identifient les étapes, les moyens, les soutiens, les freins et le plan d’actions. Puis, elles se mettent en marche, en mouvement dans le sens qu’elles ont identifié. Cependant, elles ne font pas toujours attention au processus qu’elles ont mis en place pour ça.

En effet, pour atteindre leur objectif de changement, elles transforment des éléments de manière inconsciente. Cela peut être en répondant au bénéfice caché avec un nouveau comportement plus bénéfique pour elles.

Quoi à la place de l’ancien comportement ?

Par exemple, au lieu de fumer pour me sentir relaxé et sécurisé, je prends des techniques pour réguler mes émotions : je mange un bonbon ou un gâteau (biiiip, mauvais comportement à long terme) ou je me lève pour aller boire un verre (check, validé), je concentre mon attention sur ma respiration, je médite, je sors prendre l’air ou marcher ou faire du sport, je me vois dans le futur avec tous les bienfaits de mon changement de comportement et j’agis déjà ainsi, etc…

C’est alors qu’en changeant leur comportement, elles transforment leurs émotions. Elles ressentent alors la satisfaction de sortir de cette mauvaise habitude, d’avoir plus de plaisir sur une activité… Ce qui permettra aussi de changer leur dialogue intérieur, de transformer leurs croyances sur elles-mêmes, les autres, la vie, l’objet du désir. Sans pour autant avoir réellement conscience de la stratégie qu’elles ont mise en place pour y arriver.

Chacun a un comportement alternatif qui lui convient mieux qu’à son voisin. C’est pour ça qu’en coaching, on dit que la solution est en vous. Le coach ne calque pas un modèle tout près pour tout le monde, mais il questionne et vérifie avec vous que c’est OK pour vous.

La modélisation des stratégies de réussite

Et c’est bien pour ça que parfois, ça ne marche pas. On ne sait pas modéliser nos stratégies de réussite, ni nos stratégies d’échecs pour pouvoir les reproduire ou les modifier. La modélisation identifie la boucle de notre comportement qu’il soit aidant ou limitant. Ainsi, va la roue de la vie, corps-esprit :

Changer de comportement permet de changer de point de vue, ce qui permet de changer ses ressentis. De même, changer de point de vue permet de changer ses ressentis, ce qui permet de changer ses comportements. Ou encore, changer ses ressentis permet de changer de comportement, ce qui permet de changer de point de vue, etc. Tout est lié, c’est là, la philosophie du lien corps-esprit.

Le coaching, un véritable accompagnement au changement

Pour d’autres, cela sera peut-être plus difficile et souvent, il sera nécessaire de se faire accompagner pour arriver à arrêter une mauvaise habitude et mettre en place une bonne habitude. Le coaching de vie avec les thérapies brèves comme la programmation neurolinguistique, sont de très bons compléments aux rendez-vous médical : identifier l’intention positive, les bénéfices secondaires, les leviers de motivation, lever les obstacles au changement, activer des ressources personnelles, etc… Avec une dizaine de séances rapprochés à toutes les semaines ou tous les 15 jours, permet d’atteindre l’objectif fixé ensemble au départ.

Rappelez-vous que votre cerveau supprime ce qu’il n’utilise pas sans regarder la qualité de ce qu’il supprime ou de ce qu’il conserve. Il se contente seulement de renforcer les connexions synaptiques les plus souvent utilisées. Ainsi, il conserve les expériences les plus fréquentes et supprime les autres. Peu importe si elles sont bonnes ou mauvaises. Utiles ou non. Etc…

Ce que nous sommes au quotidien, nos façons de parler, de nous comporter, d’agir et de réagir, façonnent notre cerveau et son câblage. Nous avons donc une grande responsabilité dans ce qui se produit dans notre corps comme dans notre vie.

habitudes comportement communication gestion du stress émotions julie lancel libre access coach en développement personnel poitiers montamisé vienne

Et c’est là aussi notre plus grand pouvoir et notre plus belle magie ! Alors, prêtez attention à ce que vous faîtes aujourd’hui. Et à chaque instant, consciemment : choisissez.

Et si besoin, je suis à votre écoute :

Nous échangerons sur votre problématique et verrons ensemble si le coaching répond à votre besoin.

gestion du stress émotions julie lancel libre access coach en développement personnel poitiers montamisé vienne

Bonne transformation les futurs papillons !

Réveiller son énergie au saut du lit !

Réveiller son énergie au saut du lit !

Fatiguée le matin quand vous vous réveillez ? Avez-vous du mal à vous sentir booster pour démarrer votre journée ? Comment réveiller son énergie dès le saut du lit ? Rassurez-vous, ça arrive à tous et c’est encore plus flagrant aux changements de saison lors des équinoxes (printemps, automne).

Et bien, je vous propose dans cet article, quelques techniques simples, faciles et efficaces pour réveiller votre corps et faire monter l’énergie. 8 astuces pour réveiller son énergie au saut du lit !

réveiller son énergie au saut du lit gestion du stress émotions julie lancel libre access coach en développement personnel poitiers montamisé vienne

Parfois, le matin, c’est dur de sortir un orteil du lit. Et, c’est encore pire s’il fait froid et gris. Alors, nous manquons de luminosité et nous pouvons alors avoir du mal à se motiver pour démarrer la journée.

Or, saviez-vous qu’il existe de nombreuses techniques énergétiques pour booster notre vitalité et réveiller son énergie au saut du lit ? En voici quelques-unes venues de différents courants orientaux et occidentaux (ayurvéda indien, chinois, américain, suédois…) que j’ai regroupés ci-dessous en 10 astuces. Je vous laisse piocher celle(s) qui vous parlent et les combiner pour créer votre boost de vitalité dès le réveil !

1. S’étirer

Au lieu de sauter directement du lit quand votre réveil sonne, prenez le temps de faire quelques étirements. Dans votre lit, faîtes comme le chat pour éveiller en douceur votre corps et vos articulations

s'étirer réveiller son énergie au saut du lit gestion du stress émotions julie lancel libre access coach en développement personnel poitiers montamisé vienne

2. Se brosser la langue

Maintenant, vous pouvez vous lever pour vous brosser la langue. Cela permet d’enlever les toxines de la nuit, exactement comme le fait de se moucher ou de cracher. Faîtes le geste de racler la langue depuis le fond sans faire de mouvement aller-retour. Sinon vous ferez juste un étalement des toxines résiduelles du sommeil, ce qui n’est pas bon. Utilisez de préférence un gratte-langue en cuivre. Vous en trouvez en pharmacie, parapharmacie et magasins spécialisés, notamment en ayurvéda.

3. Se masser le visage pour réveiller son énergie

Pour réveiller son énergie au saut du lit, masser l’ensemble de votre visage. Vous allez ainsi le stimuler, voire le défroisser. Ça va réveiller aussi notre conscience, notre attention. Pas besoin d’huile pour cela mais si vous préférez utiliser une huile, choisissez-en une végétale correspondant à votre type de peau (huile de rose, huile de sésame, huile d’amande douce, huile d’abricot). Contactez les instituts de beauté : ils vous conseilleront aussi certains gestes particuliers.

4. Boire de l’eau tiède citronnée

Bien sûr, il conviendra de vérifier avec votre médecin si le citron est approprié pour vous. Mais boire un verre d’eau tiède avec un demi-jus de citron permet d’éveiller le système digestif. Il est possible de l’agrémenter d’un peu de miel, de gingembre, etc… Surtout, il faut le prendre à jeun et attendre 20 minutes pour prendre le petit-déjeuner. Le citron a de nombreux bienfaits. Mais attention à vos dents, il ne faut pas le faire tous les matins pendant 365 jours. Et je vous recommande d’utiliser une paille éventuellement pour protéger l’émail de vos dents.

visualisation positive réveiller son énergie au saut du lit gestion du stress émotions julie lancel libre access coach en développement personnel poitiers montamisé vienne

5. Visualiser positivement sa journée

Pour réveiller son énergie au saut du lit, visualisez votre journée dans le meilleur des scénarios. Projetez-vous dans les différents lieux où vous allez aller et vivez votre journée comme si vous étiez dotées de toutes les ressources nécessaires pour faire face à toutes les situations qui peuvent se présenter à vous, pour bien vivre cette merveilleuse journée. On fait ici comme les enfants lorsqu’ils jouent à faire comme si : la maîtresse, le docteur, le cuisinier, le garagiste, etc… Comme notre cerveau ne fait pas la différence entre ce qui est réel et imaginaire, vous le conditionnez, c’est-à-dire que vous lui montrer la voie vers les façons de parler, de se tenir, d’agir, de respirer, etc…

6. Penser à une activité plaisir

Autre astuce pour réveiller son énergie au saut du lit, faites le focus sur au moins 1 activité qui vous met en joie. Pensez à une activité qui vous procure satisfaction et bonheur, qui vous fait plaisir et que vous réaliserez sur votre journée. Ce sera votre moteur personnel qui vous égayera dès la matinée, quand bien même la journée n’est pas fun. Vous, vous aurez votre petit plaisir à vous. Et ça, ça change tout !

7. Faire des mouvements énergétiques

Il s’agit ici de faire quelques mouvements pour réveiller votre corps et vos articulations et ainsi réveiller votre énergie. Les 5 tibétains consistent en un enchaînement de mouvements, 5 mouvements différents. Je vous invite à les faire chacun 5 fois. Cet exercice éveillera tout doucement le corps et donc la production des hormones grâce au système nerveux autonome qui sera stimulé. Au final, vous gagnerez en flexibilité, souplesse, en clarté mentale et donc en santé globale.

Source : Pinterest

Toujours dans l’idée d’éveiller l’énergie du corps, vous pouvez aussi faire plusieurs salutations au soleil, pour les adeptes du Yoga, ou encore pratiquer des mouvements de Qi-Gong ou de Taï-chi. L’idée est d’être à l’écoute de son corps, de sa respiration pour le bouger en douceur.

8. Se brosser la peau

Le brossage à sec consiste à passer avec une brosse dédiée votre peau nue sous la friction. C’est une méthode ancestrale qui permet de stimuler tous les points énergétiques que nous avons sur le corps. Ainsi activé l’ensemble de nos capteurs sensoriels stimulent nos défenses naturelles pour démarrer la journée. Choisissez votre brosse pour qu’elle soit appropriée. Il ne s’agit pas de se faire mal mais de sentir les poils de la brosse nous frictionner comme il faut. Cela fait un gommage naturel, sans eau ni savon, ce qui enlève aussi les peaux mortes. Ça énergise : à réaliser du bas vers le haut.

9. Finir sa douche à l’eau froide

Enfin, au moment de la douche, vous pouvez finir celle-ci par un jet d’eau froide, en totalité ou certaines parties ciblées pour stimuler la production de certaines hormones qui vont booster vos capacités corporelles naturelles. Cela améliore la circulation sanguine également, comme le brossage à sec.

Et hop, voilà, vous êtes prêtes, fraiches et dispos pour démarrer votre journée ! Ah et j’oubliais : une dernière astuce :

10. Faire un coaching pour réveiller son énergie au saut du lit !

Le coaching est une méthode d’accompagnement pour faire le point sur votre situation personnelle et mettre en place des solutions adaptées à vos besoins et vos possibilités. La coach de vie que je suis, saura vous guider vers la méthode à succès pour réveiller votre énergie au saut du lit !

julie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access

Très bonne journée à tous !

Comment lutter contre la déprime du Blue Monday ?

Comment lutter contre la déprime du Blue Monday ?

Manque de luminosité, froid, tensions financières et déprime d’après-fêtes, kilos en trop, fatigue, rhume et sans parler du COVID-19 et des restrictions de sorties ? On y est : c’est la déprime du fameux Blue Monday ! Le 3ème lundi du mois de janvier a été nommé le « Blue Monday » car il semble être le jour où on se sent le plus déprimé de l’année. Alors si vous aussi, vous avez le blues, le cafard, le moral dans les chaussettes, cet article est fait pour vous !

Et si on boostait nos hormones du bonheur pour lutter contre la déprime saisonnière ? Allez, répétez après moi : « Non, cette année le Blue Monday ne passera pas par moi ! Poil aux doigts ! »… Et là, vous vous dîtes « Non mais n’importe quoi Julie » !! Et bien, moi je vous réponds « si si » car voici l’une des clés pour booster sa joie de vivre : l’humour !!! On va y revenir. Mais avant, un rappel de l’essentiel pour lutter contre la déprime du Blue Monday : augmentez vos hormones du bonheur !

Stop à la déprime du Blue Monday : stimulez vos hormones du bonheur !

Petit rappel sur les hormones anti-déprime du bonheur

On peut les produire par une hygiène de vie basique. Mais pour rappel, voici à quoi elles correspondent :

  • Dopamine : hormone de la satisfaction
  • Endorphine : hormone du bonheur
  • Epinéphrine : hormone de l’action
  • Mélatonine : hormone du sommeil
  • Ocytocine : hormone de l’amour
  • Sérotonine : hormone du bien-être

Anti Blue Monday : comment stimuler les hormones anti-déprime ?

L’hygiène de vie au quotidien va stimuler la production de ces merveilleuses hormones si bonnes pour votre santé, votre moral et votre immunité. Pour ça, un rappel de la « base des bases » en développement personnel :

  1. Avoir une alimentation équilibrée et la complémenter si besoin (voir votre médecin ou pharmacien).
  2. Dormir d’un sommeil suffisant et de qualité.
  3. Sortir prendre l’air au moment où il y a le plus de lumière (supplémenter en vitamine D suivant les indications de votre médecin ou pharmacien).
  4. Pratiquer une activité physique même modérée
  5. Méditer
  6. Avoir des interactions sociales avec vos amis, famille, collègues, voisins en direct, par téléphone ou même par visio.
  7. Rire, jouer, s’amuser, chanter, danser… Nous allons y revenir.

Maintenant que nous avons rappelé les bases, voyons ensemble la technique. Pour lutter contre la déprime du Blue Monday : reconnectez-vous à votre joie de vivre, votre joie intérieure ! Voici comment le faire en 3 étapes.

blue monday anti déprime saison hiver moral optimisme joie julie lancel coach en développement personnel libre access coach coaching de vie énergétique poitiers montamise poitou deux sèvres vienne

3 étapes pour lutter contre la déprime du Blue Monday

1)  D’abord, pour suivre les prochaines étapes, suivez ce conseil.

Soyez prêts à faire quelque chose que vous n’avez encore jamais fait !

Vous aurez ainsi ce sentiment d’accomplissement et de satisfaction que procure l’expérience de sortir de ses habitudes. Et ça revigore ! Prêts ? on y va.

2) Libérez les tensions du corps par un auto-massage

Je vous l’ai déjà fait expérimenter dans un autre article avec la toilette énergétique que vous pouvez reproduire. Sinon, vous pouvez tout simplement vous masser les mains pendant 5 bonnes minutes en fermant les yeux pour être tout focus sur les sensations. Ça peut aussi être la tête ou la nuque ou encore les pieds qui nous portent toute la journée, même en restant habillés !

Maintenant que vous êtes plus détendus, on va stimuler votre bonne humeur et vos hormones du bonheur.

3) Redevenez un enfant pour lutter contre la déprime du Blue Monday et augmenter votre joie de vivre !

Et oui, c’est tout simple : redevenez un enfant ! Comportez-vous comme tel, autorisez-vous à retrouver l’innocence de l’enfance. Et si on redevenait tous des enfants pour un instant ? Booster votre joie de vivre en mettant du jeu dans votre vie. Voici comment :

  • Coloriez, dessinez, gribouillez
  • Courrez après un ballon, sautez à la corde ou à l’élastique, grimpez aux arbres, jouez à 1 2 3 soleil ou à saute-moutons avec monsieur ou madame ou les enfants !
  • Faites des grimaces ; relisez les blagues de Toto ou les blagues Carambar…!
  • Repensez à ce que vous aimiez quand vous étiez enfant : quels biscuits, quelles histoires, quels livres, quelles musiques, quels pantalons à carreaux ou robes à fleurs, quels jeux de sociétés (petits chevaux, nain jaune, jeu de l’oie, Monopoly…) et ressortez ces activités pour les pratiquer un peu dans votre vie.
  • Faites-vous un repas régressif : mangez au dîner des bonbons et autres sucreries. Ou bien mangez en commençant d’abord par le dessert puis le plat etc… Et oui, pourquoi pas ?! Pas tous les soirs, bien sûr !!! Mais juste une fois pour le grain de folie de la Vie !
  • Écoutez de la musique anti-déprime, c’est-à-dire des chansons qui vous mettent de bonne humeur et danser dessus comme un petit fou ou une petite folle !
  • Pratiquez le yoga du rire, ça déride ! Il s’agit notamment de rire de manière non-naturelle au départ, de vous forcer à rire avec vos enfants, votre conjoint : vous allez voir qu’au fur et à mesure, c’est contagieux ! Fou rire général garanti !

Nos émotions jouent un rôle important sur notre bien-être. Lorsque nous sommes dans la joie, notre cerveau sécrète de la dopamine, de la sérotonine et ainsi renforce notre système immunitaire. Et rappelez-vous que ce sont vos choix, ceux que vous faites au quotidien, qui conditionnent votre niveau de bonheur, de bien-être.

Exercice de développement personnel pour aller plus loin : « Comment reconnecter la joie à l’intérieur de soi ? »

Comme on l’a vu ci-dessus, l’idée est de raviver notre joie intérieure en recontactant l’enfant en nous. Comment renouer avec notre joie d’enfant ? Je vous ai proposé certaines activités mais si vous souhaitez aller plus loin, voici un exercice introspectif à faire avant de passer à l’action. Posez-vous ces questions et notez vos réponses sur une feuille pour avoir une pensée structurée, projetée sur le papier et ainsi un visuel clair.

  • Quelles étaient vos activités favorites quand vous étiez enfant? Quelles étaient vos passions ?
  • Comment vous sentiez-vous au quotidien ? Quelles émotions et ressentis viennent à vous lorsque vous repensez à ces souvenirs d’enfance ?
  • Aujourd’hui, avez-vous conservé certaines de ces passions/activités qui vous donnaient le sourire ?
  • Si non, qu’est-ce qui fait que vous les avez arrêtées ? Et dans ce cas, avez-vous de nouvelles passions ?
  • Qu’est-ce qui vous fait vibrer à l’heure actuelle ? Qu’est-ce qui vous motive ?
  • Que ressentez-vous et que vous dicte votre cœur après ces quelques réflexions ?

Que ce soit le dessin, le chant, la danse, le foot, le basket, la gym, la lecture, la peinture, la couture, la collection de timbres ou de cartes postales, le piano ou la guitare, les balades en nature, les blagues, les parties de rigolade ou de retrouvailles en famille…. Peu importe finalement. Identifiez ce qui vous faisait plaisir enfant. Puis posez-vous cette question :

  • Avez-vous la sensation d’avoir oublié ou mis de côté cette part de vous ?
  • Comment pouvez-vous renouer avec votre mini-vous, votre partie « enfant » ?

Saisissez l’opportunité du temps libre que vous avez pour reconnecter à la joie de votre enfance, en ressentir tous les plaisirs. C’est le moment pour partager cette joie avec votre famille, ne serait-ce que par téléphone si vous ne pouvez pas les voir. Rallumez la flamme de votre joie intérieure et partagez-là autour de vous ! Parce que c’est bon pour le moral de tous !!

Et si malgré toutes ces astuces, vous avez de la difficulté : ne restez pas seul(e)s. Faîtes-vous accompagner par un professionnel. Le coaching est une bonne solution pour vous donner des clés personnalisées et adaptées à vos besoins.

écoute conseil motivation douceurjulie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access
Être Hypersensible ET heureux ?

Être Hypersensible ET heureux ?

Vous aussi, vous percevez tout plus fort que les autres ? Les émotions, les sens et les pensées à « fleur de peau » et à mille à l’heure, puissance 10 ? Vous êtes hypersensible et vous souhaitez vivre heureux ? Vous êtes au bon endroit. Dans cet article, je vous dévoile les clés pour être hypersensible ET heureux !

écoute conseil motivation douceurjulie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access

J’ai moi-même cette caractéristique. Je l’utilise en étant au service de mon environnement :

  • naturel en travaillant en tant que responsable juridique dans le domaine de la protection des ressources en eau et des milieux aquatiques pendant plus de 10 ans. Et oui, dans le domaine de l’Eau ! L’élément EAU correspond symboliquement aux émotions, en médecine traditionnelle chinoise mais aussi en astrologie comme dans le tarot ! Clin d’oeil de mes autres passions.
  • humain en devenant coach en développement personnel spécialisé dans les émotions, la confiance et l’estime de soi, et l’hypersensibilité.

C’est pourquoi j’ai vraiment à cœur d’aider d’autres hypersensibles à exploiter leur talent naturel avec bonheur et sérénité.

Voici donc deux clés importantes pour être hypersensible ET heureux ! Mais avant, pour tout savoir sur l’hypersensibilité, pourquoi et comment bien la vivre au quotidien, vous pouvez lire l’article que j’ai écrit, en cliquant sur le lien ci-dessous.

Pour être hypersensible ET heureux, il « suffit » d’utiliser votre super-pouvoir ! Et oui, y avez-vous déjà pensé ? Accueillir votre sensibilité et l’exploiter vous rend hypersensible ET heureux.

Pour être hypersensible ET heureux : utilisez votre super-pouvoir !

Votre haute sensibilité fait de vous une personne très sensible et empathique, dotée d’une grande intuition et d’un grand potentiel créatif. Cela vous donne une forme d’intelligence bienveillante, innovante et inventive. Et ce sont de merveilleuses qualités et un véritable réservoir de précieuses ressources !

hypersensibilité hypersensibilite hypersensible julie lancel coach développement personnel bien-être pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access

Bye bye la souffrance, bonjour le bonheur d’être soi-même !

Non, ce n’est pas un défaut avec lequel vous devez vivre mais une caractéristique, une force, un talent, voire un don ! C’est une chance d’être hypersensible et quand vous le réalisez, vous êtes alors plus heureux ! Pour cela vous devez comprendre que vous avez en vous une belle faculté à exploiter tous les jours de votre vie !

Pourquoi ? Voici les 5 raisons suivantes : vos talents naturels !

Vos 5 supers pouvoirs :

julie lancel coach développement personnel bien-être pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access amy cuddy posture wonder woman pouvoir présence puissance confiance

1. Vous avez une vision du monde non-linéaire, faite d’une immense palette d’émotions, de mille couleurs, et non pas une vision en noir ou blanc !

2. Cette vision du monde vous permet d’avoir mille idées à la minute, ingénieuses qui vous permettent de rebondir rapidement face aux imprévus.

3. Vous avez une soif d’apprentissage, un cerveau qui carbure à la résolution de problèmes complexes.

4. Vous êtes doués d’une grande empathie qui vous permet de comprendre plus rapidement que les autres, l’émotion de l’autre. Vous pouvez alors aider, rassurer, accompagner, soutenir, réconforter…!

5. Et votre talent, c’est aussi une grande créativité qui, lorsqu’elle est exploitée, peut rencontrer un grand succès dans le domaine de l’art mais aussi de l’accompagnement ou de l’enseignement..

écoute conseil motivation douceurjulie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access hypersensible et heureux

Comment être hypersensible ET heureux ?

Alors, comment utiliser son super-pouvoir, me direz-vous ? Et bien, je vous donne ci-dessous 2 clés très concrètes pour l’exploiter : la technique de la traversée et la créativité.

1ère étape : accueillez vos émotions

Pour utiliser votre merveilleuse qualité d’hypersensible vous devez d’abord accueillir TOUTES vos émotions. Pourquoi ? Simplement parce que les émotions sont des messagers. Donc accueillez l’émotion en faisant corps avec elle, sans la nourrir, ni la combattre, juste en vous laissant traverser par elle. Écoutez son message. Cet accueil atténue les fameuses montagnes russes émotionnelles qui emportent.

julie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access raler grogner ronchonner colère exprimer émotions

Voici le meilleur processus d’accueil, preuve d’amour envers votre haute sensibilité :

1. Accueillir la sensation en nommant l’émotion : Que se passe-t-il en moi en terme de ressentis physiques, de pensées, d’émotions ? Quelle émotion me traverse présentement ? Comment se manifeste-t-elle en moi ?

2. Lui donner du sens : quel est son message ? Pour vous aider, observez ce qui s’est passé juste avant ? Qu’est ce qui a déclenché cette réaction ?  Qu’est-ce qui est important pour vous qui fait que vous ressentez cette émotion ?

3. Sortir du négatif/positif de l’émotion : une émotion, même si elle fait mal, bouleverse, chamboule, n’est pas négative en soi. Elle signale simplement que quelque chose ne va pas, et qu’il est nécessaire de ré-agir. Elle a donc une bonne raison de se manifester.

Progressivement, vous verrez la vie comme un tout, avec toutes ses couleurs, toutes ses saveurs, sans crainte. Oui vous avez des antennes supersoniques qui vous permettent de tout percevoir plus fort. C’est là votre grande chance, le talent qui vous rend unique.

2ème étape : exploitez votre haute sensibilité

Ainsi, en observant tous les aspects positifs de votre grande sensibilité et en l’exploitant, vous pouvez en faire une vraie force. Vous avez un véritable talent, notamment pour transmettre et partager les sensations et les émotions aux autres.

écoute conseil motivation douceurjulie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access hypersensible et heureux

Pour cela, utiliser votre super-pouvoir grâce aux nombreux moyens d’expression de votre créativité, de votre ingéniosité, de vos sens :

  • Activités manuelles : cuisine, jardinage, tricot, couture, travail du bois, sculpture, poterie, bricolage, création de bijoux, découpage, collage, coloriage, dessins, peinture…
  • Musique, Chant, Danse
  • Théâtre, Photographie
  • Écriture, poèmes…
  • Bénévolat dans des associations humanitaires, caritatives…

Vous n’avez pas besoin d’y passer des heures ni de dépenser des fortunes. De même qu’il n’est pas nécessaire d’être le meilleur ou de réaliser des choses parfaites !

L’idée est simplement d’exprimer quelque chose qui a besoin de sortir. Ensuite, partagez vos créations avec votre entourage (votre famille, vos amis, vos collègues) ou sur internet, à travers un blog, un site internet, un compte Facebook, Instagram, Pinteret, etc… ! Vous pourrez retrouver d’autres passionnés et échanger sur tout ce qui fait votre belle hypersensibilité.

Alors, prêt à être hypersensible ET heureux ? Si vous avez encore de la difficulté à vous comprendre, vous aimer tel que vous êtes, venez vous faire coacher. C’est ma spécialité !

routine positive bonheur quotidien julie lancel coach développement personnel bien-être pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access
Faites-vous coacher : cliquez sur l’image pour prendre rendez-vous !

En plus, je propose des séances en ligne, par téléphone ou webcam, via Zoom. Plus d’excuse ! Et si vous vous demandez en quoi consiste le coaching et comment cela peut vous aider dans votre cas, appelez-moi. Je vous propose un appel-découverte fait pour ça. Et… c’est gratuit, profitez de cette opportunité. J’aurai grand plaisir à échanger avec un « collègue hypersensible » !

Bonnes résolutions : comment s’y tenir ?

Bonnes résolutions : comment s’y tenir ?

Avez-vous pris de bonnes résolutions au 1er janvier de cette année ?  Mais vous avez peur, comme tous les ans, de les abandonnez dès la fin du mois ? Avez-vous de la difficulté à tenir vos bonnes résolutions quelles qu’elles soient, perdre 10 kg, arrêter de fumer, ou encore faire du sport ? Vous savez : vous prenez l’abonnement mensuel à la salle de gym au 2 janvier et déjà au 30, vous préférez rester au chaud sous la couette ou le plaid ! Bah oui, tous les ans, c’est la même ritournelle !!

Rassurez-vous, vous êtes comme 80% des personnes qui prennent de bonnes résolutions en début d’année et qui ne s’y tiennent jamais. Chaque nouvelle année est l’occasion de formuler des vœux : c’est la période des bonnes résolutions. Ces résolutions ne sont pas toujours faciles à tenir. Et il est vrai que la majorité de celles-ci sont abandonnées dans les mois, voire les semaines qui suivent. Alors, comment prendre de bonnes résolutions de nouvel an et surtout s’y tenir ?

bonnes résolutions nouvel an nouvelle année objectif action plan réalisationécoute conseil motivation douceurjulie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access

Voici quelques astuces pour vous aider.

1. Ne prenez pas de bonnes résolutions !

Et oui ! La première méthode pour tenir ses bonnes résolutions, c’est tout simplement de ne pas en prendre ! En effet, une résolution, c’est le fait de « se résoudre à ». Cela peut être presque synonyme de « se résigner à ». Ce qui donne alors une dynamique plutôt péjorative d’obligation d’accepter. Et inconsciemment, vous ne serez déjà pas motivé à vous soumettre à une contrainte. Donc l’astuce, si vous souhaitez réaliser vos projets, c’est de laisser tomber « les résolutions à tenir » et plutôt de vous « fixer des objectifs ».

2. Formulez vos bonnes résolutions de manière positive

Pour se fixer de bonnes résolutions, c’est-à-dire des objectifs que vous allez atteindre, des études montrent qu’il existe une façon efficace de les formuler pour qu’elles se concrétisent. Il s’agit de formuler vos bonnes résolutions, vos objectifs, de manière positive.

Cela signifie deux choses : la première est de ne pas formuler de négation et la seconde, de les formuler dans une direction. C’est-à-dire en voulant aller vers quelque chose que vous souhaitez et non pour éviter ou arrêter quelque chose.

Par exemple, au lieu d’arrêter de fumer, formulez ce que vous voulez à la place : une bonne santé respiratoire, sentir une meilleure odeur sur vos vêtements, vos cheveux…, avoir plus d’argent, etc….

La plus grande étude mondiale réalisée sur les résolutions du Nouvel An conclut que la formulation du type « je vais commencer à.., je vais faire ceci ou avoir cela », est bien plus efficace que celle du type « je vais arrêter ceci, je vais éviter cela ».

bonnes résolutions nouvel an nouvelle année objectif action plan réalisationécoute conseil motivation douceurjulie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access

3. Fixez-vous une bonne résolution qui vous est personnelle

Votre objectif annuel doit donc être formulé de manière positive mais aussi pour vous uniquement. Si cela implique d’autres personnes, demandez-vous quelle partie de ce que vous souhaitez obtenir, dépend uniquement de vous. Celle qui est sous votre responsabilité. C’est cette partie qui sera VOTRE bonne résolution.

4. Ayez un objectif bien défini

Vous pouvez le définir selon la méthode SMART : de manière spécifique, mesurable, atteignable, réalisable et temporellement défini (dans votre calendrier, dans un délai donné). Mettez des indications chiffrées, des ordres de mesure qui vous permettront de constater quand vous aurez atteint votre objectif.

objectif action plan réalisationécoute conseil motivation douceurjulie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access smart

Pour tenir ses bonnes résolutions, il faut donc définir un objectif. Par exemple un objectif de santé (silhouette, alimentation, sport) sera bien déterminé s’il est formulé comme suit.

a) Formulez vos bonnes résolutions de façon positive vers ce que vous voulez

C’est-à-dire en sachant ce qu’on veut plutôt que ce qu’on ne veut pas avec une représentation mentale de son désir.

Psttt : si je vous dis « ne pensez pas à un éléphant rose », vous avez d’abord imaginé l’éléphant rose avant de le faire disparaître.

Conclusion : formulez ce que vous voulez et non ce que vous ne voulez pas car sinon le message est contradictoire pour votre cerveau. Et donc risque d’échec+++.

b) À partir d’une référence interne 

Ça signifie en partant de vous, votre mouvement intérieur, avec une autonomie et une motivation intrinsèque. Ça veut dire quoi ? Et bien que vous le faîte pour vous et pour répondre à votre besoin, vos valeurs.

c) Avec des moyens 

C’est-à-dire un sentiment de compétences, de qualités personnelles.

d) Et une connexion aux autres 

Il s’agit des sources de liens, des soutiens et des ressources. Réfléchissez comment votre objectif contribue à l’image du monde idéal dans lequel et avec lequel vous voulez vivre. Cela vous stimulera et vous apportera beaucoup de satisfaction.

Si vous voulez prendre une résolution de nouvel an qui vous rende vraiment heureux, pensez aux façons dont vous pouvez contribuer au monde.

C’est-à-dire à ce qui rend les individus heureux. Ainsi vous pourrez satisfaire vos 3 besoins psychologiques fondamentaux et atteindre votre objectif. Ces 3 besoins sont :

  1. L’autonomie : le besoin de se sentir à l’origine ou à la source de nos actions. C’est ce qu’on appelle être en « référence interne » en PNL (programmation neurolinguistique). C’est la source de motivation.
  2. La compétence : le besoin de se sentir efficace et capable d’effectuer des tâches de différents niveaux de difficulté. Cela correspond aux moyens à votre disposition et à exploiter.
  3. La relation ou l’appartenance sociale : le besoin de se sentir connecté et supporté par d’autres personnes. C’est la notion d’écologie en PNL, c’est-à-dire la prise en compte des conséquences des objectifs chez les autres.
pyramide de Maslow besoins psychologiques fondamentaux coaching motivation objectif

« Les recherches montrent que ce n’est pas seulement bon pour le monde, mais aussi vraiment bon pour vous ».

Conclusion quant à la définition de vos bonnes résolutions :

C’est la partie la plus délicate. L’aide d’un coach de vie professionnel est précieuse à cette étape mais aussi tout au long du processus. En effet, il vous soutiendra, vous permettra d’aller chercher votre motivation et de mettre à jour vos ressources pendant leurs réalisations.

5. Une à 3 résolutions au lieu de 10

Plutôt que de vous fixer plusieurs objectifs, il vaut mieux en n’avoir qu’un seul, sur lequel vous aller être tout focus : où vous mettez tout votre temps, votre énergie, vos moyens etc. Si vous avez plusieurs objectifs, notamment au-delà de 3, vous risquez de vous dispersés. Et vous ne réaliserez aucun de vos vœux de nouvelle année !

6. Découpez votre résolution en sous-objectifs

Si votre objectif est trop important, trop gros, il devient une montagne insurmontable. Vous ne savez pas par quel bout le prendre. A ce moment, vous risquez de ne pas l’atteindre. C’est pourquoi il est alors conseillé de le découper. Divisez votre grande résolution en plusieurs sous-objectifs.

C’est la philosophie Kaizen, celle des petits pas et de l’amélioration continue. Vous saurez quelle marche vous avez à gravir pour atteindre le sommet. Et vous développerez un sentiment de satisfaction à chacun des sous-objectifs atteints. Cela vous dynamisera et vous motivera sur le chemin.

7. Visualisez votre objectif atteint

Posez-vous tranquillement et prenez le temps de vous projeter dans le futur et de vivre intensément votre bonne résolution comme si vous y étiez déjà. Mettez tous vos sens en éveil pour faire comme si c’était déjà là et que vous étiez en train de le vivre complètement immergé dans le scénario. Images, lumière, couleurs, bruits, voix, musique, nature, sons environnants, odeurs, texture, goûts et saveurs, vous y êtes. Nommez l’émotion agréable que cela vous procure. Et identifiez votre dialogue intérieur, ce que vous vous dîtes.

Puis revenez à vous dans l’instant présent et prenez le temps d’écrire tout ce que vous avez vécu.

objectif action plan réalisation écoute conseil motivation douceur julie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access

8. Déterminez les étapes pour tenir vos bonnes résolutions

Observez ce que vous avez dû faire pour arriver à cet objectif atteint. Plutôt que de partir de là où vous êtes maintenant pour aller vers l’objectif, partez de l’objectif atteint. Repartez en visualisation, en imagination dans le scénario de la bonne résolution réussie et demandez-vous ce que vous avez fait juste avant, et encore juste avant etc… Jusqu’à revenir à l’instant présent. Vous aurez les les grandes étapes à placer dans votre agenda.

Détailler la manière dont vous allez mettre en œuvre vos résolutions est primordial. En effet, cela vous pousse à vous projeter, à entraîner votre cerveau à imaginer. Et c’est la visualisation qui va vous aider à entrer en action et à garder le cap !

9. Réalisez un tableau de bord et un tableau de vision

Enfin, gardez votre document avec toutes les étapes en vue pour y revenir au cours de l’année si nécessaire. Vous pouvez par exemple, le coller dans votre agenda sur une page de notes, afin de l’avoir toujours avec vous.

Pour symboliser votre objectif, vous pouvez aussi réaliser un tableau à partir de dessins, de peintures, de coloriage, de découpage d’images de magazines ou de mots clés. Assemblés sur un A3 par exemple, exposez votre tableau dans un lieu où vous pourrez poser votre attention plusieurs minutes par jour. Vous vous inspirerez et vous motiverez ainsi plus facilement chaque journée.

10. Communiquez vos bonnes résolutions à votre entourage

Transmettre vos bonnes résolutions à vos proches crée un engagement pour vous à les tenir. De plus, votre famille, vos collègues, vos amis, vos voisins, etc… peuvent être de précieuses ressources de soutien et d’encouragement dans les moments plus délicats.

Et puis, pour vous aider à tenir vos bonnes résolutions de nouvel an, faîtes-vous accompagner par une coach professionnelle. Si vous n’avez jamais essayé, c’est l’occasion. Prenez votre première bonne résolution : vous faire coacher !

A votre écoute, si vous avez des questions, je vous souhaite de jolies résolutions et surtout leurs réalisations !

écoute conseil motivation douceur julie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl bonnes résolutions 2021 psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access
Gratitude : le pouvoir d’un merci sur votre bien-être

Gratitude : le pouvoir d’un merci sur votre bien-être

Et si dire merci vous aidait à booster votre bien-être ? Comment ressentir de la gratitude et remercier peut améliorer votre gestion du stress ? Comment pratiquer la gratitude ? Quels en sont les bienfaits ? Le pouvoir d’un merci vous est délivré dans cet article de coaching de vie.

La gratitude, c’est quoi ?

La gratitude, c’est le fait de ressentir de la reconnaissance pour toutes les belles choses présentes dans notre vie et de l’exprimer en disant merci.

Pour exemple, rappelez-vous quand les français ont applaudi aux fenêtres de leur logement pendant le 1er confinement. Ils manifestaient ainsi leur gratitude aux soignants et aux travailleurs qui œuvraient face au virus.

Ou encore les murs de la gratitude qui ont fleuri dans certains hôpitaux. Où s’affichent, sous formes de petits mots et de dessins d’enfants, les mercis au personnel soignant.

gratitude merci écoute conseil motivation douceurjulie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access

Quels sont les bienfaits de la gratitude ?

Ce qui est bénéfique, c’est de porter notre regard et de concentrer notre attention sur tout qui est déjà présent de bon dans notre vie. Tout ce qui est déjà là, accomplies par nous et par les autres aussi, puis de l’exprimer, soit à l’écrit, soit à l’oral.

La pratique de la gratitude réduit sensiblement le cortisol, l’hormone du stress et favorise la production d’ocytocine, l’hormone du bien-être, voire celle d’un anticorps appelé immunoglobuline A qui agit dans la défense contre les… virus !

C’est extrêmement puissant. Plus vous pratiquez le pouvoir d’un merci, plus vous allez vivre dans l’amour de vous et de l’autre. Et plus vous serez en paix, comme « shooté » de bonnes hormones. On en a tous bien besoin quand on voit que 53% des français n’ont pas le moral d’après une étude sortie pendant le second confinement !

Le double effet de la gratitude

C’est une pratique merveilleuse car elle a un effet boule de neige. En effet, ça procure beaucoup de bien-être à la personne qui pratique la gratitude en disant merci, mais aussi à la personne qui reçoit ce merci.

Ne sous-estimez pas le pouvoir d’un merci et l’énergie qu’il dégage et propulse. Un merci, un compliment de quelques instants peut marquer quelqu’un toute une vie.

Et souvent la personne qui reçoit va devenir à son tour plus bienveillante envers les autres, en rayonnant à son tour cette forme d’amour universel, parce que oui, il s’agit bien de ça !

Comment pratiquer la gratitude ?

La pratique de la gratitude développe une véritable philosophie de vie qui améliorer votre bien-être mais aussi celui des personnes que vous croiserez. Voici quelques façons de pratiquer la gratitude au quotidien.

1- Ressentir de la reconnaissance pour sa journée, tous les soirs

Il s’agit de se recentrer sur les belles choses vécues dans la journée. Pour cela, je vous propose d’en écrire au moins 3 dans un journal, de préférence le soir, par exemple avant d’aller se coucher. Tout en les écrivant, ayez de la reconnaissance pour avoir vécu ces 3 bons moments dans votre journée. Ressentir de la gratitude vous apportera beaucoup de bien-être. Et vous vous endormirez avec de jolies pensées.

De plus, plus on le fait, plus on rééduque notre attention vers plus de positivité. Sinon, celle-ci va se tourner naturellement vers la négativité. J’ai d’ailleurs déjà abordé la technique des 3 bons moments à se remémorer en détails tous les soirs dans un article pour booster la positivité.

2- Dire merci à votre entourage, tout simplement !

Et si vous proposiez le « jeu des mercis » à table avec la famille ? Il s’agit de dire à voix haute un grand merci à ses proches, son partenaire, ses parents, ses enfants, etc… pour exprimer sa reconnaissance aux membres de notre entourage. On ne dit pas assez aux gens qu’on aime qu’on les aime. Ça peut paraître simpliste comme ça, mais c’est extrêmement puissant pour celui qui le reçoit.

3- La lettre de gratitude

C’est un outil sans doute encore plus puissant : écrire une lettre pour dire merci à quelqu’un qui a compté. En effet, le simple fait d’écrire ce pour quoi on est reconnaissant permet de se mettre dans une autre énergie vis-à-vis des personnes pour lesquelles on a de la gratitude. En projettant sur le papier, vous allez structurer votre pensée vers des émotions positives. Vous allez dire merci à une personne qui a été présente pour vous à un moment de votre vie. Peut-être que celle-ci ne le sait même pas, peut-être qu’elle ne se doute même pas de l’impact que cela a eu pour vous. Vous allez ressentir beaucoup d’amour à le lui écrire. Et celle-ci croyez-moi en recevra tout autant.

Et si vous pensez à quelqu’un mais qui est décédé ou que vous ne souhaiter pas vraiment recontacter, écrivez votre lettre de gratitude, oui même sans l’envoyer. Parce que vous vous ferez du bien et parce que peut-être que finalement, vous l’enverrez à son destinataire. Ou qu’il soit. Qui sait ?

4- La gratitude pour se réconcilier

Oui, ça peut paraître étrange mais il arrive que parfois, nous nous emportions et que nous regrettions nos propos après coup. Seulement voilà, le temps passe, les occasions aussi, la fierté, l’égo ou la timidité font que nous ne revenons vers cette personne.

Alors, si vous êtes prêt, recontactez cette personne avec qui vous vous êtes fâchée ou peut-être disputée. Profitez-en pour reconnaître vos torts, lui faire ses excuses et la remercier pour ce que la situation vous a peut-être permis d’apprendre sur vous. La gratitude, ce pouvoir du merci est tellement puissant qu’il guérit tout lorsqu’elle fait depuis le cœur.

5- Et si vous pratiquiez la gratitude pour vous ?

Et oui ! Remerciez-vous aussi pour tout ce que vous fait, dit, agit. Dîtes-vous merci aussi d’avoir pris ce temps pour vous et pour l’autre !

Merci : Gratitude à vous !

Avant de faire votre bilan 2020, remerciez ! En ces temps de fêtes, c’est le moment d’être dans un partage chaleureux autrement que par les gestes. Et quoi de mieux que de communiquer par la parole son amour de l’autre, en cette fin d’année.

Et c’est pourquoi, moi aussi, je vous dis merci : à vous ici qui me lisez, à vous qui me suivez sur les réseaux sociaux, à vous qui participez aux ateliers et aux programmes en ligne, à vous également mes chères clientes qui m’êtes fidèles !

écoute conseil motivation douceurjulie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access

Merci de votre participation, merci de votre engagement à réaliser ensemble et à contribuer à diffuser la positivité autour de vous, merci de me donner l’envie de poursuivre cette merveilleuse activité.

Merci, tout simplement merci !

Je reste à votre écoute si vous avez besoin d’aide pour retrouver plus de bien-être, de joie et de légèreté dans votre esprit comme dans votre vie.

Future maman : quel inconscient familial je transmets ?

Future maman : quel inconscient familial je transmets ?

Vous vous préparez à devenir maman ? Ou vous êtes déjà une jeune maman et vous voulez le mieux pour votre enfant ? A moins que vous n’ayez tout simplement un projet de grossesse ? Et si le fait de devenir mère se préparait aussi au niveau psycho-énergétique, trans-générationnel ? Comment accueillir au mieux son enfant au creux de son ventre, de son foyer, de sa vie, mais aussi de son esprit et de celle de la famille ? Quel est l’inconscient familial que je transmets en tant que maman ?

Ces questions se posent aussi pour le papa. Et d’ailleurs, je vous invite à transposer tout ce raisonnement au rôle du papa. Seulement, j’ai pris ici le parti de m’adresser à ma clientèle féminine pour répondre à la question :

Qu’est-ce que je transmets inconsciemment à mon enfant quand je deviens maman ?

Pour y répondre, nous allons aborder la question sous l’angle de la psycho-généalogie et de l’épigénétique. Et nous verrons quelques exercices pratiques.

Inconscient familial : une autre préparation à l’accouchement pour être maman

Peut-être que vous vous étonnez de cette vision de la préparation de jeune maman. Et pourtant, nombre d’accouchements soulèvent de grandes prises de conscience : sur le sens de la vie mais aussi de la mort, sur notre propre existence comme sur celle de nos propres parents.

Sans lien avec le phénomène de dépression post-partum dû à la chute d’hormones brusques après l’accouchement, il existe aussi des cas de dépression suite à des souvenirs de traumatismes qui remontent à la mémoire à ce moment-là.

Oui, devenir maman est un vrai bouleversement et un merveilleux cadeau : celui de la VIE ! Celle avec un grand V dans tous ses aspects.

maman inconscient familial écoute conseil motivation douceurjulie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access

Et si souvent, on réfléchit à comment être dans les meilleures conditions physiques, matérielles, émotionnelles et mentales pour accueillir son bébé, il est tout aussi intéressant de s’interroger sur l’héritage de l’inconscient familial qu’on lui transmet.

Car que vous le vouliez ou non, de générations en générations, il existe des comportements, des croyances, des transmissions verbales ou des non-dits, plus ou moins pesants, qui agissent sur votre vie par un phénomène de répétition inconscient.

Devenir maman : transmettre l’inconscient familial en héritage

Devenir maman peut être l’occasion de s’interroger sur le contenu de notre héritage familial pour mettre en lumière notre propre histoire mais aussi celle moins connue de nos parents, grands-parents et arrière-grands-parents, et peut-être de mettre à jour certains schémas répétitifs. L’idée est d’accueillir notre enfant dans les meilleures conditions sur un autre plan.

Bien se connaître est important tout comme bien connaître notre bagage familial. De génération en génération, se transmettent des schémas, des mémoires dont parfois on en a même perdu l’origine.

L’humour de Six in the city

C’est ainsi que de nombreuses humoristes ou illustratrices actuelles tournent en dérision leur propre statut de maman qui finalement, reproduisent les mêmes phrases ou les mêmes comportements que leurs propres mères, desquelles elles se moquaient tant quand elles étaient plus jeunes.

En-dehors de la compréhension de ce qu’implique désormais le rôle de mère, si cela peut être drôle, il arrive que parfois cela tourne à l’absurde. Connaissez-vous l’histoire du rôti ?

Héritage de l’inconscient familial de la maman : l’histoire du rôti

J’adore cette histoire, tellement elle parlante. Alors voilà. C’est l’histoire d’une femme qui, il y a 2 générations, prépare son rôti dans sa cuisine : elle l’assaisonne, le badigeonne puis coupe les deux extrémités, le met au four avant de le servir à table. Sa fille reproduit les mêmes gestes jusqu’à ce que sa propre fille, devenue adulte, le prépare ainsi.

Le mari de cette dernière lui demanda alors : « mais pourquoi prépares-tu ton rôti ainsi, en lui coupant les 2 extrémités ? ». Celle-ci répondit que c’était parce que sa mère le faisait ainsi. « C’est étrange, personne ne fait ça. Pourquoi le préparer ainsi ? » lui demanda son mari.

Le dimanche suivant, elle décida de poser la question à sa mère qui lui répondit : « parce que ma mère a toujours fait ainsi ». Le lendemain, elle appela alors sa grand-mère et le lui demanda. Celle-ci lui répondit : « bah, pour qu’il rentre dans le plat à mettre au four, pardi ! »

Morale de l’histoire du rôti :

Tout le monde coupait les 2 extrémités du rôti alors que les plats au four, depuis, s’étaient bien agrandis ! C’est un geste hérité de mère en fille qui avait perdu son origine et tout son sens. Un automatisme inconscient. Et il y en a beaucoup dans chaque famille, croyez-moi !

maman inconscient familial écoute conseil motivation douceurjulie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access

Là, c’est une histoire drôle mais imaginez maintenant l’histoire d’une petite fille ayant subi des attouchements dans sa famille à une époque loin du #metoo. L’histoire est cachée, non-dite, refoulée. Elle va produire chez la femme, des réactions, comportements voire des symptômes physiques ou maladies psychosomatiques qui vont être transmis à sa fille qui elle-même va les transmettre à sa propre fille. La petite-fille se retrouvera donc avec des réactions émotionnelles, des habitudes comportementales, des modes de pensées ou croyances voire des problèmes de santé en lien avec cette mémoire, mais dont elle n’aura aucune conscience de l’origine.

C’est ce que traitent certaines approches thérapeutiques spécifiques et la science étudie de plus en plus.

Quels sont les outils pour mettre en lumière cet inconscient familial de parent ?

Connaître notre histoire avec la psycho-généalogie

La psycho-généalogie :

C’est une approche thérapeutique qui consiste à rechercher dans la vie de nos ancêtres, les sources de nos éventuels problématiques émotionnelles, relationnelles, psychologiques mais aussi de certaines maladies ou de la répétition de nos comportements dans certaines situations. Accompagnée d’un thérapeute spécialisé, il s’agit de remonter le fil de notre lignée pour découvrir les histoires de vie qui nous ont précédées et de faire les liens avec notre propre histoire. En effet, notre vie commence dans l’arbre généalogique… C’est la spécificité du désir des parents et de l’ensemble de la lignée, qui précède chaque naissance. C’est l’histoire familiale dans son ensemble, c’est-à-dire les expériences des branches maternelles et paternelles qui donnent forme au présent de l’enfant. Elles vont influencer son devenir.

Pourquoi cet outil ?

Il est essentiel de s’intéresser à la genèse de notre conception car les enjeux de notre conception sont susceptibles de réapparaître lorsque l’on devient soi-même parent. Cela explique d’ailleurs l’apparition de nombreuses maladies au moment de l’annonce d’une grossesse, de l’accouchement ou de la déclaration civile de l’enfant. Cela peut aussi apparaître lorsqu’on atteint l’âge du géniteur, particulièrement le parent du même sexe que nous, au moment où celui-ci nous a conçu.

L’idée est de découvrir des schémas de répétitions dans notre arbre généalogique ou des « trous », et pas seulement chez nos parents et grands-parents. Aussi chez les oncles, tantes, cousins, cousines… Les répétitions peuvent porter sur les dates : de naissance, de mort, de mariage, d’évènements important. Mais aussi sur les prénoms, les métiers, le rapport à l’argent ou les maladies… La prise de conscience et la parole serait alors de puissants vecteurs de guérison.

Connaître l’influence de nos traumas sur nos gênes avec l’épigénétique

L’épigénétique

C’est l’influence de l’environnement sur nos gênes au point de pouvoir légèrement les modifier. Parmi les évènements particulièrement mis en avant, on parle beaucoup des situations de stress traumatique. Celles-ci pourraient transformer nos génomes jusqu’à 3 générations après un traumatisme vécu par l’un de nos ancêtres. Cela pourra expliquer certaines problématiques de santé comme certains mécanismes de fonctionnement.

Exemple de la Seconde Guerre Mondiale

Les études ont surtout été faites sur les personnes ayant vécu le traumatisme de la Seconde Guerre Mondiale. C’est ainsi qu’est montré un exemple. Celui d’une femme juive vivant la famine de l’holocauste et ayant donné naissance à des enfants très petits qui eux-mêmes ont donnés naissance à d’autres enfants très petits alors que les conditions avaient changés. Le stress s’enregistrerait au niveau des mémoires cellulaires en modifiant un bout de nos gênes.

maman inconscient familial écoute conseil motivation douceurjulie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access

Comment mettre en lumière votre inconscient familial de maman ?

Être maman, c’est prendre conscience de qui on est, de quelle place on a dans notre arbre généalogique et de quel héritage on transmet à son enfant. Alors comment faire ?

1. Tenir un journal pour votre enfant

Écrire dans un carnet dédié pour transmettre à votre enfant, son histoire à lui, comment s’est passé votre grossesse, quel évènement important, émotions fortes avez-vous eus, que ce soit en lien ou non avec la grossesse. On sait que l’enfant absorbe tout même intra-utérin. Notez pour lui permettre de savoir avec authenticité son histoire.

2. Vous connaître vous 

Par exemple, demandez-vous quel enfant étiez-vous ? Qu’aimiez-vous faire étant enfant ? Écrivez vos rêves d’enfant, vos activités favorites.

Et puis reprenez contact avec l’une de ces activités plaisir de votre enfance. C’est bon pour le moral en plus.

3. Connaître les schémas hérités de vos parents 

Prenez une feuille et notez comment vous décriviez votre mère lorsque vous étiez enfant, vers 8-10 ans. Comment la trouviez-vous au niveau de son comportement avec vous ? Comment était-elle avec votre père ou son partenaire ? Avec les autres ? Comment montrait-elle son affection avec vous ? Votre père ? Les autres ? Quel rapport avait-elle avec l’argent, le travail, la santé ? Avec vous, avec votre père, avec les autres ?

Maintenant, observez ce que vous avez noté et prenez conscience du schéma que vous reproduisez. Comment vous comportez-vous, vous ? La conscientisation est le premier pas vers la guérison.

4. Connaître l’histoire de vos parents, grands-parents, arrière-grands-parents 

Bientôt les fêtes, c’est l’occasion de retrouver la famille ou de les appeler pour souhaiter la bonne année. C’est idéal pour discuter des histoires de famille : comment était leur enfance, leur adolescence, leur vie d’adulte, quelles sont les anecdotes familiales ? Aussi celles vous concernant. Notez-le dans ce carnet dédié.

5. Faire votre arbre généalogique 

Retrouvez les actes de naissance, de mariage, de décès, connaître le métier, les réussites et les épreuves des membres de la famille, les anecdotes, les histoires cachées, mettre à jour les non-dits…

Vous aurez ainsi un visuel de votre arbre auquel vous ajouté un descendant. Pour le faire, vous pouvez prendre plusieurs feuilles et en les scotchant entre elles.

Remarquez la structure de votre arbre généalogique : a-t-il des trous, de nombreuses branches ou pas du tout, d’un côté, de l’autre ?

Observez vos sensations corporelles, vos ressentis, vos émotions à la vision ou l’évocation de certaines parties de vos ancêtres.

Notez s’il y a des répétitions de dates. Remontez les générations pour identifier la génération où l’évènement déclencheur a eu lieu. Là se trouve peut-être un trauma à révéler pour guérir certains comportements répétitifs, réactions instinctives, etc….

6. Pour aller plus loin, renseignez-vous 

Utilisez les archives départementales sur internet pour faire vos recherches et retrouver vos actes de famille.

Lisez les livres spécialisés d’Anne Ancelin Schützenberger qui a rendue la psychogénéalogie  plus accessible au grand public dans son livre « Aïe, mes aïeux ». Mais aussi de Elisabeth Horowitz « Se libérer du destin familial » ou « Comment déprogrammer son destin par la psychogénéalogie » d’elle et de Pascale Reynaud. Ou encore, de Bruno Clavier « Les fantômes familiaux, psychanalyse transgénérationnelle ». Des lectures passionnantes.

Faites-vous accompagner par un thérapeute spécialisé en psycho-généalogie pour vous aider à réaliser votre arbre sous la forme d’un génosociogramme et vous aider à libérer des souffrances que vous pourriez identifier.

En conclusion…

Relax : nous transmettons tous des schémas inconscients. Et puis, chacune fait du mieux qu’elle peut, avec les ressources dont elle dispose au moment où elle vit les choses. Vous, votre maman, votre grand-mère mais aussi votre partenaire, votre père, grand-père, etc… Donc on sort de la culpabilité, mais aussi de la victimisation.

On agit : d’abord pour soi et ensuite pour nos enfants mais aussi les générations précédentes et suivantes. On dit qu’on guérit ainsi sur 7 générations lorsqu’on fait cette introspection.

Dans tous les cas, c’est un travail extrêmement thérapeutique pour accueillir votre enfant en pleine de conscience. Avec amour et authenticité. En pleine présence de qui vous êtes, d’où vous venez tous les deux et de quelle place il va prendre dans l’arbre généalogique. Rappelez-vous aussi : les enfants sont nos miroirs et sont souvent nos révélateurs.

Le plus cadeau qu’une maman puisse faire à son enfant : être bien physiquement, émotionnellement, mentalement, spirituellement. Pleinement là présente et pleine d’amour inconditionnel, sans jeu d’ombre.

Et si vous avez besoin d’aide pour y voir plus clair :

routine positive bonheur quotidien julie lancel coach développement personnel bien-être pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access

Je vous souhaite une très belle grossesse et un beau cheminement de maman, celui de toute une Vie. Vive la Vie !

Syndrome de la cabane ou de l’escargot, késako ?

Syndrome de la cabane ou de l’escargot, késako ?

Envie de rester à la maison, de ne pas mettre le pied dehors malgré le dé-confinement ? Peut-être souffrez-vous du syndrome de la cabane ? Alors qu’en cette mi-novembre 2020, beaucoup d’entre nous attendent le dé-confinement total avec impatience, d’autres le redoutent et vivent ce moment comme une angoisse.

L’apparition du syndrome de la cabane suite au confinement

Ce syndrome de la cabane est un phénomène qui s’est amplifié à l’annonce du 1er dé-confinement en mai dernier. Après avoir été totalement confinés pendant plusieurs semaines, certains d’entre nous n’ont plus du tout envie de sortir de chez eux comme ils le faisaient avant. D’ailleurs, ces personnes ont apprécié le retour au confinement, d’autant plus dans un climat morose et anxiogène : crise sanitaire mais aussi attentats, le tout en pleine saison automnale… Dur, dur pour le moral !

Pourquoi on parle de « syndrome de la cabane » ?

Et bien, c’est un peu comme lorsque, enfants, nous jouions au loup et que nous courrions nous réfugiez dans notre cabane pour nous protéger. En sortir est difficile car cela veut dire prendre un risque. Exactement comme nos ancêtres préhistoriques !

Or, le contexte actuel réunit tous les facteurs de risque, à commencer par la peur de mourir qui est la peur primaire et la base de tout trauma.

syndrome cabane cabanisation confinement déconfinement covid19 coronavirus julie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access

Avec le confinement, nous avons construit une bulle protectrice, notre foyer, notre cocon avec nos habitudes de vie qu’on a mises en place pendant des semaines. Cette cabane ou grotte est devenue, pour certains d’entre nous, le seul lieu où nous nous sentons en sécurité car protégés de la réalité parfois violente, dure, agressive. C’est comme un rejet du monde extérieur.

Syndrome de la cabane et stress post-traumatique

On peut alors parler de trouble de stress post-traumatique qui est souvent sous-diagnostiqué en France. On retrouve ce phénomène dans l’ensemble de la population, particulièrement chez les malades de la COVID, et ceux passés par la réanimation. D’ailleurs, une personne sur 4 développe un trouble de stress post-traumatique après un séjour en réanimation (source : étude citée par Coraline Hingray, psychiatre du CHU de Nancy).

Comment se manifeste ce syndrome de la cabane ?

Avec la COVID19, nous pouvons devenir anormalement anxieux, avoir peur de sortir, de croiser du monde, de tomber malade ou de transmettre le virus. Nous développons alors des troubles dits « d’hyper vigilance« , c’est-à-dire que nous sommes plus attentifs à tout, tout le temps. Nous pouvons aussi être plus sujets à des rituels obsessionnels de lavage et de désinfection. Il peut y avoir également des difficultés à s’endormir ou le développement de troubles alimentaires ou d’addictions plus marquées (tabac, alcool, cannabis, etc…). Si vous souffrez de des troubles, je vous invite vivement à consulter.

peur gestion des émotions julie lancel coach développement personnel bien-être pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access

Les troubles de stress post-traumatique arrivent suite un évènement marquant qui a réveillé notre peur de mourir. Ce stress entraînent plusieurs conséquences comme vu plus haut. Des cauchemars, le fait d’éviter des situations ou des personnes en lien avec le virus, d’être en état d’alerte permanent qui fatigue physiquement et nerveusement. On parle de trouble de stress post-traumatique lorsqu’il y a une persistance des symptômes pendant plus d’un mois après l’évènement traumatisant. Et en 2020, l’un des évènements traumatisants peut être le contexte sanitaire de la COVID-19 et son confinement.

Syndrome de la cabane… ou de l’escargot !

En fait, cette sensation est baptisée par certains le « syndrome de la cabane » là où d’autres parlent du « syndrome de l’escargot ». Pourquoi ? Et bien tout simplement parce que cette sensation correspond à l’envie de se recroqueviller, de rentrer dans une coquille rassurante. Un endroit où on se sent protégé, en sécurité, dans un refuge, dans sa coquille... Chez soi.

Qui est le plus touché par ce syndrome ?

Tout le monde peut être touché. Que ce soit une personne lambda, une personne malade ou quelqu’un qui a eu un proche touché par la COVID ou qui a perdu une personne décédée de ce coronavirus. Le sont d’autant plus les personnes ayant de fort terrain anxieux à la base.

Mais comme la situation dure sur plusieurs mois, plusieurs personnes peuvent développer ce syndrome à cause de l’hyper-vigilance maintenue au quotidien.

syndrome cabane cabanisation confinement déconfinement covid19 coronavirus julie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access

Et si on « aime » rester dans sa cabane, c’est grave docteur ?

En réalité, comme pour tout, l’équilibre est la clé. Alors bien sûr, il convient d’évaluer la situation : est-ce que vous restez dans votre cabane pour éviter quelque chose, donc par peur. Ou est-ce que vous y rester par choix et donc guidé par la joie ? Si vous mettez en place un comportement d’évitement, ce n’est pas toujours sain. Suivez les conseils plus loin.

Par contre, il est certain que les personnes plus introverties apprécient plus particulièrement ces périodes de confinement. Attention, l’introversion n’est pas la timidité mais le fait d’être tourné à l’intérieur. Cela signifie qu’une personne introvertie recharge son énergie en faisant des activités tournées à l’intérieur d’elle-même, en faisant des activités tournées vers elle, en étant seule.

Contrairement à l’extraverti qui recharge ses batteries en entrant en contact avec d’autres personnes, en faisant des activités en extérieur, tournées vers l’extérieur. Quand un introverti fait de l’extraversion, ça le fatigue plus qu’une personne qui naturellement est tournée vers l’extérieur. Et vice versa : un extraverti dépense plus d’énergie en restant seul chez lui. A contrario, les personnes plus extraverties attendent avec impatience de pouvoir à nouveau sortir plus librement, de voir du monde, d’échanger avec la famille, les amis, etc..

L’harmonie est en toute chose : un peu d’extraversion, un peu d’introversion sont nécessaires. Pour favoriser introspection ET interaction sociale.

Ce qui fait que pour certains, le confinement est agréable et pour d’autres non. Cela dépend aussi des conditions de vie de chacun.

Des solutions pour lutter contre ce syndrome de la cabane

Alors que faire pendant cette période pour sortir de sa cabane ? Je vous propose ci-dessous des pistes de solutions.

solutions syndrome cabane cabanisation confinement déconfinement covid19 coronavirus julie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access

1. Déculpabiliser !

L’appréhension du dé-confinement est tout à fait normal. C’est comme un processus de deuil : nous ne revivrons pas tout de suite dans le quotidien tel que nous le connaissions jusqu’à présent. Et oui, nous pouvons avoir de la difficulté à nous projeter dans cette nouvelle réalité. C’est OK.

2. Arrêter de se dévaloriser

Oui, déjà on arrête de se juger de manière négative, de se comparer aux autres, à ceux qui ont envie de se dé-confiner, en se disant qu’on n’est pas normal. En réalité, personne ne sait dans le fond ce que l’autre pense, ressent, etc… Et peut-être que « les autres » (qu’on pense toujours mieux que nous), vivent eux aussi des angoisses sans le montrer, voire d’autres anxiétés et difficultés.

3. Pratiquer la positive attitude !

Après avoir appliqué ces bons conseils, il est intéressant de po-si-ti-ver. Pour cela, posez-vous ces quelques questions :

  • Qu’est-ce que ce confinement total ou partiel vous apporte de bon ?
  • A quel besoin important pour vous il vous permet peut-être de répondre ?
  • Quel cadeau cette année 2020 finalement vous apporte ?

Oui même si vous terminez l’année sur les rotules ou les genoux, en rampant, demandez-vous : quel est le cadeau caché ? Qu’est-ce que cela vous a permis de révéler/d’obtenir/de faire, finalement de bon ?

julie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access confinement choix peur joie décisions contraintes opportunités

4. Tirer le meilleur pour la suite

Et une fois que vous avez identifié le positif, déterminez comment vous allez continuer à y répondre en vous adaptant. Par exemple, cela peut être de prendre du temps pour soi. Donc trouvez quelle activité il est possible de faire dans le contexte actuel pour continuer. Puis, planifiez quand vous la pratiquez pour vous apporter ce réconfort et pendant combien de temps.

Pour vous booster à positiver, j’organise une session de coaching tous les jeudis de 11h à midi. C’est gratuit ! Et en vous inscrivant, vous avez accès à toutes les rediffusions.

5. Échanger, parler, communiquer !

Tout simplement, parlez avec vos amis, votre famille de ce que vous vivez et de ce que vous ressentez. Vous n’êtes pas les seuls à vous poser ces mêmes questions. Effectivement, cette période a permis à beaucoup d’entre nous d’effectuer une forme d’introspection, de prendre conscience de la façon dont nous utilisons notre temps, de ce qui est finalement important pour nous. Il y a donc un besoin de changement très fort, un phénomène courant lorsqu’on vit des évènements de vie qui nous interroge sur le sens de notre existence.

Nous réalisons que nous n’avons qu’une seule vie. Alors comment souhaitez-vous en profiter pleinement ? Répondez et ensuite agissez !

6. Sortir progressivement

Pour agir et bien c’est très simple : s’exposer progressivement au risque pour vous habituer et cesser l’hyper-vigilance. Il s’agit de reprendre progressivement contact avec l’extérieur pour mettre en place de nouvelles habitudes qui vont développer votre sentiment d’habitudes et de sécurité sans augmenter votre hyper-vigilance. Plus on est expérimenté dans un domaine, plus on développe sa confiance, en soi, en les autres et en l’avenir aussi. Vous développez ainsi votre capacité à vous adapter et gagnez en agilité et en souplesse dans ce contexte.

Bien sûr, vous n’êtes pas obligés de le faire seul. vous pouvez sortir en compagnie d’une autre personne. L’idéal est de le faire en étant accompagné d’une personne en qui vous avez confiance, à votre écoute et qui vous montrera la situation de manière positive avec de nouvelles habitudes de vie !

7. Consulter un professionnel de la relation d’aide

routine positive bonheur quotidien julie lancel coach développement personnel bien-être pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access

Et puis, si ce syndrome de la cabane vous envahit tellement qu’il en devient trop limitant pour vous, consultez. Vous pouvez déjà appeler l’aide psychologique mis en place dans le cadre du contexte. Cliquez ici pour voir le lien. Contactez votre médecin traitant, il saura vous conseiller et vous rediriger vers un professionnel de santé.

Et bien sûr, si vous sentez que vous avez besoin d’une coach de vie pour vous aider à harmoniser pensées, émotions, comportements pour passer à l’action, cliquez ci-dessous.

J’ai également créé un appel téléphonique à 29€ pour vous apporter écoute et conseil positif pendant une demi-heure ensemble, en toute simplicité. Cliquez sur l’image dessous pour y accéder. Si le lien est désactivé, contactez-moi. Il s’agit d’une opération spéciale qui peut être suspendue selon le contexte. Je reste à votre écoute via ma messagerie, n’hésitez pas : contactez-moi.

écoute conseil motivation douceurjulie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access

Et puis, dès maintenant, vous disposez d’un outil précieux : votre corps. Je vous délivre quelques astuces pour lutter contre le stress et l’anxiété grâce à votre corps, dans cet article que j’ai rédigé.

Prenez soin de vous.

Pourquoi râler de temps en temps fait du bien ?

Pourquoi râler de temps en temps fait du bien ?

Vous aussi, ça vous arrive de râler, de pester ou encore de ronchonner ? A l’heure où le développement personnel prône la positive attitude, sommes-nous tous condamnés à n’être que paix et amour ? Et bien non !

Le diktat de la « positive attitude » ?

Bien que le best-seller de Christine Lewicki « J’arrête de râler » prône une méthode en 21 jours pour arrêter de ronchonner systématiquement toute la journée. Je vous propose aujourd’hui de vous autoriser à pester !

Oui le faire toute la journée, tous les jours, tout le temps est un comportement néfaste pour soi comme pour l’entourage car cela envoie des ondes et des pensées négatives. Mais râler fait du bien quand il s’agit d’une soupape pour décompresser.

julie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access raler grogner ronchonner colère

Alors pourquoi râler fait du bien ?

1. Parce qu’on libère une émotion.

Toutes les émotions ont besoin d’être entendues. Ce sont des signaux qui nous alerte en délivrant un message face à une situation. S’autoriser à ronchonner de temps en temps nous permet d’accueillir une émotion de colère, de frustration, de mécontentement.

Toute émotion non-exprimée sera refoulée et sera coincée en nous. C’est ainsi que nous allons la ruminer intérieurement et l’imprimer dans notre tête, dans notre cœur mais aussi dans notre corps !

Sachant que tout ce qui ne s’exprime pas s’imprime, il est souhaitable de favoriser l’expression au-delà de l’émotion, ou du retentissement. Cette pratique permettra d’éviter quelques somatisations, du stress et de l’angoisse.

– Jacques Salomé

Quand l’émotion demeure, notre le système nerveux sympathique continue de s’emballer (pression artérielle, rythme cardiaque élevé, tension musculaire). Cela créé un effet de « Cocotte Minute » très dommageable pour la santé. D’où l’intérêt de râler !

julie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access raler grogner ronchonner colère exprimer émotions

2. Parce que cela permet de poser certaines limites saines

Râler nous permet d’exprimer un mécontentement en lien avec un besoin important pour nous qui n’est pas satisfait. La colère, quand on sait la diriger, est là pour manifester une injustice face à un manque de reconnaissance ou de respect par exemple. Ronchonner nous permet d’exprimer ainsi une opposition.

D’ailleurs, il paraît qu’on râle en moyenne, entre 15 et 30 fois par jour !

3. Parce que cela ouvre la voie à une réflexion construite au lieu d’une action impulsive

Formuler une râlerie à voix haute nous oblige à mettre des mots sur une situation et peut nous permettre de mieux comprendre notre situation pour y trouver une solution. Libérer l’énergie par la parole ouvre aussi la voie à la discussion avec les personnes présentes pour râler avec vous ou comprendre votre point de vue et négocier un compromis. Donc râlez à petite dose, ça libère un trop-plein et ça fait du bien.

julie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access raler grogner ronchonner colère

Comment « bien » râler ?

Il ne s’agit pas de faire souffrir votre entourage mais d’exprimer votre émotion d’une façon à vous sentir « libéré, délivrééééé », comme le dit si bien la chanson.

Râler, ronchonner !

Bah oui, blablater dans sa barbe, sa moustache ou sous le menton vous permettra de sortir ce qui doit l’être. Pensez à assumer vos propos, avec respect pour ne pas blesser. Et si c’est le cas, expliquez à l’autre que vous aviez un besoin non-satisfait qui avait besoin d’être exprimé. Excusez-vous si vous avez blessé une personne, si besoin. Ou encore, sortez crier un bon coup tout seul.

Écrire une lettre de colère pour bien râler autant que vous voudrez

S’il n’est pas toujours possible de râler à voix haute, on peut aussi écrire son mécontentement ou sa colère dans une lettre avec ou sans destinataire. Écrire obligera à structurer sa pensée et à la projeter sur le papier pour ne plus la conserver en soi. Vous pouvez ensuite la déchirer ou la brûler en conscience pour vous sentir encore plus libéré.

Gribouiller, dessiner, colorier ou déchirer pour s’exprimer

Prenez un papier et gribouillez de grands ou de petits dessins, avec ou sans force et véhémence, comme bon vous semble. D’autres aiment râler en coloriant des dessins prêts à l’emploi. Vous pouvez aussi écrire vos râleries ou les dessiner, puis déchirer le papier de toutes vos forces.

Frapper un oreiller pour décharger

Non, ne tapez pas sur votre voisin ou votre conjoint !! Par contre, ce trop-plein énergétique a besoin de sortir hors de votre corps. La solution ? Prenez un oreiller et tapez dedans, ou un punching-ball si vous avez.

Taper du pied pour extérioriser

Vous pouvez aussi taper des pieds, imaginez que vous écrasez du pied la situation ou la personne (on a dit en imagination bien sûr !). Allez couper du bois si vous êtes bucheron à l’occasion.

Faire une activité physique pour rééquilibrer

Et puis, faire une activité physique intense vous aidera à sortir cette énergie pour retrouver l’équilibre du système nerveux. Faire un jogging ou une marche rapide en soufflant bien fort vous apaisera.

Réévaluer la situation pour revenir au concret

Il s’agit d’apprendre à traiter l’émotion autrement, à la réguler, à la calmer grâce à la réévaluation cognitive.

Prenons un exemple. Une personne devant nous, nous a doublé dans la file d’attente aux caisses ou a lâché la porte qui s’est fermée sous notre nez alors que nous arrivions. On va râler ok. Mais, peut-être l’a-t-elle fait sans le vouloir, sans s’en rendre compte, sous le compte d’une inattention, d’une gêne physique, d’une émotion, ou parce qu’elle était au téléphone.

Il s’agit de se demander ce que ce geste peut vouloir dire d’autre que ce qu’on est en train de se dire qui fait que nous ressentons cette émotion.

Donc en conclusion : râler à petite dose est bon pour votre santé parce que ça vous permet de décompresser !

Et si vous avez besoin d’être coaché pour ne pas trop déborder et vous sentir plus libéré et apaisé :

routine positive bonheur quotidien julie lancel coach développement personnel bien-être pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access
Pour réserver votre séance, cliquez sur l’image au-dessus.

Et si vous avez des questions, contactez-moi !

Stress, anxiété : utiliser le corps pour s’apaiser

Stress, anxiété : utiliser le corps pour s’apaiser

Crise sanitaire, crise économique, crise sociale, la Covid-19 n’en finit pas d’agir sur notre quotidien. Et nous voici à nouveau en confinement au moment où j’écris ces lignes. Sans compter les attentas, la montée de la violence, les catastrophes naturelles. Le contexte peut être très anxiogène pour nombre d’entre nous. Mais comment restez zen en ces circonstances ? Et si utiliser notre corps pour apaiser notre esprit était la clef pour lutter contre le stress et l’anxiété ?

peur gestion des émotions julie lancel coach développement personnel bien-être pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access

Stress, anxiété ou encore angoisse : quelles différences ?

Les 3 notions sont liées à une peur.

Le stress 

Le stress est une réaction physiologique déclenchée par l’organisme pour mobiliser nos ressources et affronter ou fuir une situation perturbante. Qu’il s’agisse d’un réel danger ou d’une menace d’ordre physique ou psychologique. Le rythme cardiaque augmente, la fréquence respiratoire également, l’hormone du cortisol aussi. C’est un phénomène passager et fréquent, surtout dans nos sociétés modernes.

L’anxiété 

Elle est liée à l’anticipation d’une menace future qui entraîne un sentiment négatif, des tensions musculaires et du stress permanent (état de vigilance) face à une situation particulière. Elle se dissipe généralement rapidement. Elle se traduit, par exemple, par des troubles du sommeil, troubles digestifs, palpitations cardiaques, un sentiment d’inquiétude, de perte de contrôle, ou encore des pensées incontrôlables. Lorsqu’elle devient pathologique, on parle alors de trouble anxieux généralisé (TAG). Celui-ci se traduit par une anxiété permanente face à l’avenir, une peur systématique de l’imprévu.

L’angoisse

Les crises d’angoisses, ou attaques de panique, sont des manifestations de véritables malaises physiques et psychiques ponctuels et répétés, qui se manifeste par un sentiment de constriction ou d’oppression. Elles surviennent dans un environnement stressant ou anxiogène pour la personne qui a peur car elle anticipe alors un danger ou sa conséquence, très fortement (cas des phobies). Elle se traduit par une pression thoracique, une difficulté à respirer, une augmentation du rythme cardiaque, une sensation de boule dans la gorge ou dans l’estomac.

Le corps, meilleur outil pour apaiser stress et anxiété 

Revenir au corps permet de revenir à l’instant présent. Ça aide aussi à stimuler nos capacités à se focaliser sur les solutions plutôt que sur les problèmes.

Julie Lancel
julie lancel coach développement personnel bien-être pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access relaxation détente hypersensibilité confiance estime de soi gestion émotions stress

Je vous propose 3 techniques corporelles qui soulagent du stress et de l’anxiété, et apaisent ainsi l’esprit.

La respiration au carré contre les crises

On ouvre bien la cage thoracique, les épaules en arrière. On souffle tout l’air qu’on a dans les poumons. Dans cet exercice, on va imaginer que l’on trace un carré avec notre respiration.

On inspire en dessinant un carré en comptant jusqu’à 4. Puis on bloque sa respiration en traçant un autre trait en comptant jusqu’à 4. Puis on souffle en traçant le 3ème trait du carré en comptant jusqu’à 4. Enfin, on bloque sa respiration jusqu’à 4.

julie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access respiration au carré

Le fait de respirer de cette manière va vous recentrer sur votre corps. En le calmant, vous allez aussi calmer le mental qui est occupé à compter et/ou à tracer le carré.

La toilette énergétique pour apaiser

Cet exercice consiste à vous masser de la tête aux pieds pour apaiser votre stress et votre anxiété. Vous avez le choix : vous pouvez le faire de différente façons. Soit vous vous massez tranquillement, soit vous tapotez, soit vous frictionnez. A vous de voir ce dont vous avez besoin à ce moment-là. Vous pouvez imaginer que vous vous dépoussiériez de toutes vos pensées noires, ou que vous vous dé-farinez tout le corps et les vêtements du contexte, ou bien encore que vous enlevez toute la boue que vous avez sur vous.

Assis sur le bord d’une chaise, vous allez vous nettoyer virtuellement le corps en ayant les yeux fermés pour bien revenir à vous. Vous restez habillé pour cet exercice bien sûr. Mais enlevez vos chaussures pour vous occuper de vos pieds qui vous portent toute la journée !

Vous allez d’abord frotter tous les centimètres carrés de peau de vos mains en prenant le temps qu’il vous faut. Puis, vous vous « nettoyez » en partant du haut du crâne, l’arrière de la tête, la nuque, puis devant le front, les paupières, le nez, sous le nez, puis le menton, on n’oublie pas les oreilles, le cou, les épaules, les bras, le haut du corps et comme ça jusqu’aux orteils, sous les pieds, la voute plantaire. On fait bien l’avant du corps mais aussi les côtés, l’arrière en restant assis, le derrière des genoux, puis on se met debout et on fait les reins, les fesses, on termine en massant son hara, son centre, son ventre.

julie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access toilette énergétique sophrologie dynamique anxiété stress

L’activité physique : la marche, le sport

Enfin, profitez de votre heure de sortie autorisée pendant le confinement : allez marcher. A chaque pas, vous vous libérer d’une pensée.

Et bien évidemment, se dépenser par une activité physique plus intense comme le vélo ou la course à pieds permet de se libérer la tête et de produire les fameuses hormones du bien-être.

A consommer sans modération !

Pour aller plus loin : consultez!

Si vous vous sentez stressée et que vous préférer être guidé, réservez une séance avec moi. Je vous proposerai quelques exercices pour mieux réguler ces sensations et un programme personnalisé pour enrayer votre baisse de moral.

Bien sûr, si vous constatez un trouble pathologique, permanent, je vous invite à consulter votre médecin traitant qui saura aussi vous rediriger vers un professionnel de la psychothérapie. Je peux aussi vous proposer une séance ensemble pour apporter quelques clés puis vous transmettre les coordonnées de mes collègues.

julie lancel coach développement personnel bien-être pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access séance à distance téléphone zoom visioconférence réunion

Un coaching ne remplace pas une psychothérapie mais la complète. Dans tous les cas, ne restez pas seul face à vos difficultés, consultez !