Arrêtez de manger vos émotions

Arrêtez de manger vos émotions

Vous arrive-t-il de grignoter sans avoir vraiment faim ? Est-ce que vous aussi, vous craquer davantage pour certains aliments (sucrés ou salés) quand vous êtes fatigué, stressé ou triste ? Vous arrive-t-il de dévorer le paquet de gâteaux ou de chips, voire plusieurs, particulièrement quand vous vous retrouvez seul, sans le regard des autres, sous le coup d’une émotion ? Et si vous arrêtiez de manger vos émotions ? Rassurez-vous, 61% de la population mange en-dehors des repas et 38% des français le font d’ailleurs tous les jours. Là où il est nécessaire de consulter pour recevoir aide et soutien, c’est lorsque cela se produit souvent et vous met dans un état proche de 0. On parle alors de compulsion alimentaire.

manger émotions communication gestion du stress émotions julie lancel libre access coach en développement personnel poitiers montamisé vienne

Les compulsions alimentaires, c’est quoi ?

Globalement, il s’agit d’un moment de perte de contrôle où on mange sans faim réelle, plus que ce qu’on souhaite et en ressentant ensuite une culpabilité de l’avoir fait. Ces « pertes de contrôle » peuvent être ponctuelles ou récurrentes. Dans ce dernier cas, je vous invite bien sûr à en parler à votre médecin traitant qui saura vous guider vers le professionnel de santé le plus adapté pour vous soutenir et vous aider.

Pour en revenir à nos moutons, il existe différents types de perte de contrôle :

  • Perdre le contrôle en mangeant des grandes quantités rapidement, sans pouvoir s’arrêter et en se sentant coupable par la suite. On déteste alors son corps après cette compulsion. C’est l’hyperphagie.
  • Parfois on perd le contrôle seulement quand on est dans une émotion, par exemple, un coup de stress et hop, on va s’arrêter à la boulangerie pour se prendre 2 ou 3 viennoiseries ou pâtisseries pour les manger immédiatement et calmer ainsi son émotion. Quand on ne se sent pas coupable ensuite au point de se détester, on peut alors parler d’alimentation émotionnelle.
manger émotions communication gestion du stress émotions julie lancel libre access coach en développement personnel poitiers montamisé vienne

Pourquoi on ne peut pas s’empêcher de manger ses émotions ?

Cette question mériterait un autre article complet, mais pour répondre globalement, voici l’élément principal. Sous le coup d’une émotion que nous n’arrivons pas à réguler, nous mangeons de la nourriture, sucrée ou salée, pour nous réconforter, consciemment ou inconsciemment, et ainsi apaiser notre mental, notre cœur, notre âme. C’est une technique qu’on utilise pour nous calmer, au moins temporairement.  Quand nous n’arrivons pas à gérer une émotion, on peut avoir tendance à vouloir l’étouffer, la faire disparaître. La nourriture va alors être notre bouée de sauvetage, nous permettant de nous offrir une « pause » et de nous mettre en retrait de nos émotions.

Qu’est-ce qui déclenche une compulsion alimentaire ?

Les facteurs peuvent être nombreux. Les principaux sont les suivants :

  • Une émotion inconfortable comme la colère, le stress, l’anxiété mais aussi la solitude ou l’ennui ;
  • Une restriction qu’on s’impose au niveau mental (s’interdire de manger certains aliments) ou alimentaire (ne pas manger assez). Donc, s’il vous plaît, on dit bye bye au régime rapide. Rien que le mot « régime » est à bannir de par sa connotation restrictive dans notre inconscient collectif.
  • Le fait de se sentir gros ou ballonné qui entraîne une dévalorisation de notre image de nous et à terme une mauvaise estime de soi, avec un sentiment d’échec, d’auto-sabotage. C’est la spirale infernale.

Donc le travail que je vous invite vraiment à faire, c’est celui d’améliorer votre confiance en vous, votre estime de vous, votre image personnelle, etc… parce que la nourriture est souvent un joli refuge, comme un doudou, qui vient nous réconforter mais ensuite nous dévaloriser quand on culpabilise d’avoir trop mangé. La fondation, c’est d’avoir une bonne estime de soi pour réguler aussi ses compulsions-là.

manger émotions communication gestion du stress émotions julie lancel libre access coach en développement personnel poitiers montamisé vienne

Comment faire pour arrêter de manger ses émotions sur l’instant présent ?

Outre un accompagnement dédié par un professionnel de l’accompagnement (médecin, diététicien, nutritionniste, naturopathe, psychologue, psychothérapeute mais aussi coach de vie, et oui !), il existe une technique toute simple parmi toutes les techniques possibles. Pour réguler dans l’instant, votre envie de « manger vos émotions », je vous propose de pratiquer la cohérence cardiaque.

La cohérence cardiaque, c’est quoi ?

Sachez que vous pouvez retrouver un article complet, dédié à cette technique sur mon site. La cohérence cardiaque, consiste à mettre sur la même fréquence votre cerveau et votre cœur pour recentrer votre système nerveux autonome, celui qui nous fait passer du calme relaxant au mouvement rapide et actif. Pour cela, on utilise la respiration. C’est pourquoi on parle de cohérence cardiaque par induction respiratoire. Elle est d’ailleurs recommandée par la fédération française de cardiologie.

Comment pratiquer la cohérence cardiaque pour arrêter de manger ses émotions et mieux les réguler ?

C’est très simple, il s’agit tout simplement de respirer :

Inspirez pendant 5 secondes par le nez et expirez pendant 5 secondes par la bouche. Faîtes cet exercice assis, pendant 5 minutes. Pour plus d’efficacité, répétez l’exercice 3 fois par jour avant les repas (et non juste après). Faîtes-le pendant une vingtaine de jours pour apprendre à votre corps à respirer sur ce rythme. Il pourra ainsi aller chercher plus facilement cet état de cohérence lorsqu’une situation émotionnelle forte se présentera à vous.

Pour réguler votre appétit et éviter de manger tout le chocolat de Pâques qui arrive bientôt par exemple, pratiquez 5 minutes de cohérence cardiaque avant vos repas mais aussi, dès que vous sentez ce besoin d’alimentation émotionnelle alors que vous n’avez pas faim.

Le faire avant de manger permet de calmer l’envie de manger ses émotions, de moins manger sous le coup d’une émotion et de reprendre contact avec la vraie faim physique. Celle qui répond au besoin énergétique. Vous saurez alors mieux quand vous atteignez la satiété.

Pour aller plus loin

Deux techniques complémentaires

Par ailleurs, je vous invite également à pratiquer la pleine conscience en mangeant. Cela permet de reprendre contact avec chaque saveur, aliment, goût, etc… et avec conscience du sentiment de satiété. Amusez-vous à compter votre nombre de bouchées et à les doubler. Coupez les autres distractions : manger en conscience et seulement ensuite, regardez votre téléphone, la télé, etc… Combien de fois, sommes-nous ailleurs plutôt qu’à ce que nous faisons machinalement. Dans le passé, en train de ressasser la conversation houleuse avec notre collègue Josiane. Ou dans le futur, en train d’anticiper ce que va dire Jean-Pierre au sujet de… blablabla ! Et hop, vous regardez votre assiette et elle est finie ! Stop : soyez présent à vous, aimez-vous en vous nourrissant en conscience.

Le coaching de vie pour transformer vos comportements

De plus, sachez qu’en coaching, on travaille à la mise en place de solutions selon votre parcours de vie, vos ressources et vos leviers de motivation. Ma spécialité, c’est l’expertise émotionnelle. On travaille sur vos émotions si vous êtes ok, sur votre image de vous et votre estime personnelle. Contactez-moi pour échanger sur votre problématique et déterminer si le coaching est adapté. Réservez votre appel en cliquant ici.

Dans tous les cas, sachez que vous n’êtes pas seul, que des professionnels sont là pour vous aider et qu’il existe de nombreux témoignages de personnes qui ont stoppé leurs compulsions. Le principal est de passer à l’action : pour chercher de l’aide, vous engager dans cette voie-là et prendre la décision de changer ça. Et c’est ok de se dire que c’est compliqué, de pleurer ou de chuter.

Et rappelez-vous…

Rome ne s’est pas faîte en un jour. Et celui qui réussit, ce n’est pas celui qui ne tombe pas, c’est celui qui se relève et recommence à chaque fois. Pourquoi ? Parce que NONNNNNNNNN, ce n’est pas un échec, c’est de l’expérience ! Rappelez-vous que pour maîtriser une chose, vous avez refait ça plusieurs fois et gagnez en expérience et savoir-faire. D’où l’importance du soutien de l’accompagnant. Keep cool and GO !

Je suis à votre écoute, prenez soin de vous.

écoute conseil motivation douceurjulie lancel coach développement personnel bien-être relaxation détente gestion émotions stress hypersensibilité confiance estime de soicohérence cardiaque pnl psychologie positive coaching en ligne énergétique reiki usui lahochi access bars guidance cartomancie tarot oracles poitiers montamisé libre access
Les commentaires sont clos.