Pourquoi est-ce si difficile de changer ?

Pourquoi est-ce si difficile de changer ?

Vous aussi, vous voulez faire du sport, arrêter de grignoter, de fumer ou de vous ronger les ongles sans y arriver ? Avez-vous de la difficulté à tenir ses bonnes résolutions ? Mais pourquoi est-ce si difficile de changer ?!?

Oui, on peut vouloir très sincèrement changer et pourtant faire tout le contraire ! Pourquoi ? Et bien, parce que de puissantes forces de résistances sont en place : les habitudes ! Ces automatismes inconscients viennent freiner notre plus belle volonté. Car si c’était juste une question de volonté, ça se saurait ! Toutes les personnes qui veulent perdre du poids, maigriraient ; tous les fumeurs jetteraient leurs paquets de cigarettes définitivement et tous les drogués arrêteraient de consommer cannabis, cocaïne, amphétamines, héroïne. Etc…

Alors, pourquoi est-ce si difficile de changer ?

La réponse est dans le quotidien : c’est là toute la force, toute la puissance des habitudes. Toutes les petites manies, rituels et routines que nous mettons en place dès le matin, au saut du lit, structurent notre cerveau. Nous câblons chaque jour des synapses et créons, renforçons ou détruisons des connexions neuronales avec nos comportements du quotidien. Qu’ils soient mis en place consciemment ou non.

Par exemple, lorsque nous commençons à faire du vélo, nous devons consciemment faire les mouvements nécessaires à notre bon équilibre, repérer les freins, décider de les utiliser ou non etc… C’est exactement comme lorsqu’on apprend à conduire une voiture.

puissance des habitudes changer comportement communication gestion du stress émotions julie lancel libre access coach en développement personnel poitiers montamisé vienne

Et puis, arrive un moment où tous ces comportements passent en arrière-plan de notre conscience et deviennent des automatismes, des réflexes inconscients. Ça marche pour tout : langage, comportements, pensées, etc… Ainsi, certains se rongent les ongles s’en même s’en apercevoir lorsqu’ils sont devant la télé. Ils agissent par réflexe.

Alors quand on décide de changer un comportement, une habitude de vie, c’est parfois difficile parce que la puissance de ces habitudes paralyse notre volonté. Parce que notre cerveau a enregistré d’autres informations sur nos comportements nocifs, de manière inconsciente. C’est le mode « pilote automatique » !

Pourquoi est-ce si difficile de changer : les freins au changement

Notre cerveau, avec nos comportements au quotidien, enregistre plusieurs informations en « arrière-plan ». Il en fait des automatismes pour nous simplifier la vie. Quel bonheur ! Mais oups, quand on s’aperçoit qu’on veut changer une hygiène de vie, se transformer pour être en meilleure santé, avoir une silhouette plus ferme ou de jolis ongles, c’est la cata. On a beau savoir qu’il faut changer, on n’y arrive pas. Pourquoi ? Parce qu’ils existent des résistances. On peut ainsi citer 4 freins au changement :

Le plaisir immédiat :

Ce plaisir qui fait qu’un fumeur n’arrête pas de fumer. Oui, il sait bien que c’est mauvais pour la santé. Aujourd’hui, on ne peut plus l’ignorer. Seulement voilà, l’habitude, l’automatisme est bien en place dans l’inconscient et le cerveau a très bien enregistré que ce désir immédiat pour consommer ou faire cette chose mauvaise pour soi, est un plaisir reçu dans l’instant. Ce désir est plus fort que la conscience du danger ou de la nocivité. Ainsi le plaisir immédiat est plus forts que les intérêts à long terme.

puissance des habitudes changer comportement communication gestion du stress émotions julie lancel libre access coach en développement personnel poitiers montamisé vienne

Le coût du changement :

Des résolutions non tenues ne sont pas toujours dues au manque de volonté mais plutôt à l’effort, au sacrifice, au « prix » qu’engendre ce changement pour nous et qu’on ne mesure pas au départ. D’où l’intérêt du coach de vie qui vous aide à déterminer votre objectif avec tous les tenants et aboutissants, mais aussi les freins qui risquent de vous empêcher d’atteindre votre but et les ressources dont vous avez besoin.

Par exemple, il est plus sain de faire la cuisine soi-même avec des bons produits sans pesticides et des repas avec de bons légumes mais faire son marché, éplucher les légumes, les cuisiner etc… prend du temps et demande un effort. Surtout que notre société nous propose des alternatives à porter de mains comme les plats tous préparés, tous transformé, prêts à être consommer. C’est là le coût du changement à évaluer avant pour l’anticiper.

L’intention positive d’une mauvaise habitude :

Nos comportements répondent toujours à une intention qui est bonne pour nous. Par exemple, je fume parce que ça me déstresse, me relaxe, me détend etc… ça marche pour tous les comportements aidants comme limitants : faire du sport, grignoter, fumer, se droguer, se ronger les ongles, etc… Et derrière ce point de départ, se cache d’autres bonnes intentions : me sécuriser par exemple. Encore faut-il l’avoir bien identifié ! D’où l’intérêt du coaching pour atteindre votre objectif de changement avec toutes les clés en mains.

Parce qu’il y a toujours une bonne raison pour que ce comportement soit là et qu’on n’identifie pas toujours : se protéger, se rassurer, se sentir aimé, être reconnu, être respecté, etc… Et on peut répondre à une bonne intention par un autre comportement, choisi, voulu, comme bon pour soi.

Le bénéfice caché du comportement limitant explique pourquoi est-ce si difficile de changer :

Nos habitudes de vie peuvent aussi amener un bénéfice secondaire, caché. Cela permet d’identifier s’il y a quelque chose de bon dans la situation présente qui présente un avantage qui fait qu’on ne changera jamais. Par exemple, si fumer me permet de prendre une pause et de discuter avec mes collègues. Ou encore, savoir s’il y a un inconvénient à changer, comme j’aurais moins de moments de partage avec mes collègues, je me sentirai peut-être exclu du groupe, etc….

Il existe donc de nombreux freins aux changements mais cela ne signifie pas pour autant qu’aucun changement n’est possible. Je dirai même mieux : cela signifie que le changement est possible ! Sinon, personne n’arriverait à arrêter une mauvaise habitude.

puissance des habitudes changer comportement communication gestion du stress émotions julie lancel libre access coach en développement personnel poitiers montamisé vienne

Comment changer ?

Comment font ces personnes qui arrivent à changer leurs habitudes ? Elles se fixent un objectif plus attirant et désirable que l’ancienne habitude. Ensuite, elles identifient les étapes, les moyens, les soutiens, les freins et le plan d’actions. Puis, elles se mettent en marche, en mouvement dans le sens qu’elles ont identifié. Cependant, elles ne font pas toujours attention au processus qu’elles ont mis en place pour ça.

En effet, pour atteindre leur objectif de changement, elles transforment des éléments de manière inconsciente. Cela peut être en répondant au bénéfice caché avec un nouveau comportement plus bénéfique pour elles.

Quoi à la place de l’ancien comportement ?

Par exemple, au lieu de fumer pour me sentir relaxé et sécurisé, je prends des techniques pour réguler mes émotions : je mange un bonbon ou un gâteau (biiiip, mauvais comportement à long terme) ou je me lève pour aller boire un verre (check, validé), je concentre mon attention sur ma respiration, je médite, je sors prendre l’air ou marcher ou faire du sport, je me vois dans le futur avec tous les bienfaits de mon changement de comportement et j’agis déjà ainsi, etc…

C’est alors qu’en changeant leur comportement, elles transforment leurs émotions. Elles ressentent alors la satisfaction de sortir de cette mauvaise habitude, d’avoir plus de plaisir sur une activité… Ce qui permettra aussi de changer leur dialogue intérieur, de transformer leurs croyances sur elles-mêmes, les autres, la vie, l’objet du désir. Sans pour autant avoir réellement conscience de la stratégie qu’elles ont mise en place pour y arriver.

Chacun a un comportement alternatif qui lui convient mieux qu’à son voisin. C’est pour ça qu’en coaching, on dit que la solution est en vous. Le coach ne calque pas un modèle tout près pour tout le monde, mais il questionne et vérifie avec vous que c’est OK pour vous.

La modélisation des stratégies de réussite

Et c’est bien pour ça que parfois, ça ne marche pas. On ne sait pas modéliser nos stratégies de réussite, ni nos stratégies d’échecs pour pouvoir les reproduire ou les modifier. La modélisation identifie la boucle de notre comportement qu’il soit aidant ou limitant. Ainsi, va la roue de la vie, corps-esprit :

Changer de comportement permet de changer de point de vue, ce qui permet de changer ses ressentis. De même, changer de point de vue permet de changer ses ressentis, ce qui permet de changer ses comportements. Ou encore, changer ses ressentis permet de changer de comportement, ce qui permet de changer de point de vue, etc. Tout est lié, c’est là, la philosophie du lien corps-esprit.

Le coaching, un véritable accompagnement au changement

Pour d’autres, cela sera peut-être plus difficile et souvent, il sera nécessaire de se faire accompagner pour arriver à arrêter une mauvaise habitude et mettre en place une bonne habitude. Le coaching de vie avec les thérapies brèves comme la programmation neurolinguistique, sont de très bons compléments aux rendez-vous médical : identifier l’intention positive, les bénéfices secondaires, les leviers de motivation, lever les obstacles au changement, activer des ressources personnelles, etc… Avec une dizaine de séances rapprochés à toutes les semaines ou tous les 15 jours, permet d’atteindre l’objectif fixé ensemble au départ.

Rappelez-vous que votre cerveau supprime ce qu’il n’utilise pas sans regarder la qualité de ce qu’il supprime ou de ce qu’il conserve. Il se contente seulement de renforcer les connexions synaptiques les plus souvent utilisées. Ainsi, il conserve les expériences les plus fréquentes et supprime les autres. Peu importe si elles sont bonnes ou mauvaises. Utiles ou non. Etc…

Ce que nous sommes au quotidien, nos façons de parler, de nous comporter, d’agir et de réagir, façonnent notre cerveau et son câblage. Nous avons donc une grande responsabilité dans ce qui se produit dans notre corps comme dans notre vie.

habitudes comportement communication gestion du stress émotions julie lancel libre access coach en développement personnel poitiers montamisé vienne

Et c’est là aussi notre plus grand pouvoir et notre plus belle magie ! Alors, prêtez attention à ce que vous faîtes aujourd’hui. Et à chaque instant, consciemment : choisissez.

Et si besoin, je suis à votre écoute :

Nous échangerons sur votre problématique et verrons ensemble si le coaching répond à votre besoin.

gestion du stress émotions julie lancel libre access coach en développement personnel poitiers montamisé vienne

Bonne transformation les futurs papillons !

Les commentaires sont clos.